Après un démarrage en douceur, la vaccination commence à s'accélérer en Belgique. Plus d'1,5 million de personnes ont reçu une première dose de vaccin (16,3% de la population adulte) et 570.632 une seconde injection (6,2% des 18 ans et plus). Mais tandis que la campagne avance, de nombreuses questions se posent. L'une d'entre elles a par ailleurs été présentée aux experts du GEMS (groupe chargé de conseiller le gouvernement dans le cadre de la crise du coronavirus) par le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke (Vooruit). Selon des informations du Standaard, de Het Nieuwsblad, Gazet van Antwerpen et Het Belang Van Limburg, le socialiste flamand a demandé un rapport, concernant de possibles "privilèges" accordés aux personnes vaccinées. 

Le GEMS va devoir se prononcer dans les prochains jours, en tenant compte non seulement de la campagne de vaccination mais également de la stratégie de testing et d'aspects éthiques, révèlent nos confrères flamands.

Un rapport du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies estime, pour sa part, que des personnes ayant été vaccinées peuvent se rencontrer à l'intérieur, sans porter de masque buccal.

La possibilité que de tels "privilèges" soient accordés suscite déjà de vives réactions. Le ministre flamand de la Jeunesse, Benjamin Dalle (CD&V), a déjà fait savoir qu'il s'opposait vivement à ce que soient mis en place des assouplissements uniquement pour les personnes vaccinées. "Une personne ne peut pas avoir davantage de droits qu'une autre", a-t-il fustigé sur les ondes de Radio 1, selon des propos rapportés par l'agence Belga. "De plus, ce serait injuste pour les jeunes qui se trouvent dans les derniers dans le calendrier de vaccination."