L'audience qui se penchera sur le premier recours a été fixée au vendredi 11 septembre, le SPF Affaires étrangères a donc eu le temps d'adopter de nouvelles restrictions mercredi. 

L'agent de voyage à l'origine de l'action, Damien Keutgen, a donc décidé d'introduire un second recours en extrême urgence pour les mêmes motifs. "Nous comptons cette fois sur la diligence du Conseil d'État pour connaître de cette affaire avant l'adoption d'une nouvelle liste mercredi prochain, ce qu'impose le principe de bonne administration de la justice", a déclaré son avocate Audrey Lackner. 

"Les citoyens belges ne comprennent pas pourquoi ils peuvent circuler sans restriction à Bruxelles, considérée en zone rouge avec un taux de contamination (...) bien plus élevé que certaines régions interdites d'accès", dénonce Damien Keutgen. 

La Belgique est le seul pays de l'Union européenne à fermer ses frontières pour les pays placés en zone rouge, sans se justifier quant à la proportionnalité de cette mesure, alors que l'Europe appelle à plus de cohérence entre les pays membres de l'UE, souligne-t-il.