Les autorités judiciaires ont ouvert mardi une enquête pour trafic d'êtres humains après le naufrage d'une embarcation de migrants à La Panne, a indiqué le parquet de Flandre occidentale.

Six personnes retrouvées dans la matinée doivent être auditionnées par la police locale, la police de la navigation et l'unité de trafic d'êtres humains de la police fédérale. Le parquet travaillera en collaboration avec les autorités françaises et britanniques. Six migrants ont été interpellés au cours de l'opération de recherche qui a suivi le naufrage. Huit autres sont toujours portés disparus.

La police va auditionner les six rescapées, cinq iraniennes et une afghane, pour comprendre comment leurs compagnons d'infortune ont quitté l'embarcation, où ils ont embarqué et d'où venait le bateau, comment ils sont arrivés à La Panne et qui sont les passeurs responsables.

Il est rare que les trafiquants élisent la Côte belge comme point de passage, le parquet travaillera donc en collaboration avec les autorités françaises et britanniques afin de récolter le plus d'informations possibles sur ce cas.