Une enquête montre que de nombreux membres ont perdu confiance en leur commandement. La direction admet qu'il y a des problèmes mais nie que la distribution du rapport ait été arrêtée, indiquent mercredi les journaux de Mediahuis. L'enquête psychosociale au CGSU a été organisée par le Département du bien-être et de la prévention au travail. Les membres du Service d'observation des forces spéciales, la plus grande branche de la structure, celle qui s'occupe du travail de l'ombre, ont été interrogés et les résultats seraient très critiques envers les dirigeants. Ce dernier point est admis du bout des lèvres par le directeur Roland Pacolet lui-même. Bien que l'enquête n'ait pas été communiquée, il a fourni un résumé des résultats à son personnel, à l'aide d'un diaporama. "Votre message est passé. Nous devons nous concerter tous ensemble sur un plan d'action", a-t-il été promis.

Les syndicats tentent de mettre la main sur le rapport depuis de nombreuses semaines. "Mais on ne l'obtient pas pour le moment, il y a toujours des problèmes, comme le fait qu'il ne soit pas encore traduit dans la deuxième langue nationale", explique Marc Duplessis (ACOD). "Le résumé donné par la direction ne nous surprend pas. Il y a effectivement lieu de parler de malaise. Le personnel se plaint du style autoritaire de Monsieur Pacolet et de la direction dans son ensemble. De nombreuses personnes sont parties, désillusionnées. La direction doit changer son fusil d'épaule et constituer à nouveau une équipe soudée ou ça va mal se terminer".