L'organisation de protection des animaux Vogelbescherming Vlaanderen offre un montant de 10.000 euros de prime afin de mettre la main sur les responsables de la mort de la louve Naya et de sa progéniture.

"L'assassinat d'une espèce protégée qui, après un siècle d'absence, se reproduisait en Flandre, ne peut rester impuni", a déclaré le directeur de l'association, Paul Van Daele, dans un communiqué de presse publié mardi. Le centre Natuurhulp a annoncé lundi à l'agence de presse Belga que Naya avait été tuée par des braconniers. L'abattage intentionnel d'une espèce protégée est punissable par la loi, selon Vogelbescherming Vlaanderen

Cette organisation estime aussi qu'il s'agit de braconniers. Une cellule d'inspection de l'Agence flamande de la nature et des forêts (Agentschap voor Natuur en Bos) a en effet mis la main sur un piège à loup, mais également vu deux chasseurs en flagrant délit disposant d'un fusil chargé et prêt à l'emploi, relève-t-elle.

L'association de chasse "Hubertus Vereniging Vlaanderen" a, de son côté, estimé que les organisations en question manquaient de preuves. "Les faits sont difficiles à établir. Il est même difficile de prouver que des chasseurs étaient présents", selon eux.

Les témoins éventuels peuvent contacter les responsables de l'organisation à l'adresse mail: naya@vogelbescherming.be.