Une réunion du Conseil national de sécurité (CNS) destinée à prendre de nouvelles mesures afin d'éviter l'aggravation de la situation sanitaire en plein rebond de la pandémie de coronavirus a débuté jeudi matin au Palais d'Egmont à Bruxelles et s'est terminée peu avant 13 heures. Les principaux ministres du gouvernement fédéral, les ministres-présidents des entités fédérées et les experts ont réussi à trouver un accord sur la marche à suivre. Ils ont notamment abordé plusieurs points: le port du masque, le secteur horeca, la bulle de 15 personnes...

Comme à l'accoutumée, la Première ministre Sophie Wilmès (MR) a présenté, lors de la conférence de presse, les différentes mesures sur lesquelles le CNS s'est accordé.

"Si les derniers chiffres concernant l’épidémie ne doivent pas nous affoler, ils doivent néanmoins être pris très au sérieux, a débuté la Première ministre. Plusieurs indicateurs nous montrent un rebond de l’épidémie dans notre pays." Elle a toutefois admis que ce genre de hausse faisait partie intégrante du processus de déconfinement. "Ce n'est pas anormal mais ça doit rester sous contrôle", a-t-elle ajouté. Sophie Wilmès a appelé à une "prudence absolue". "Sans cela, nous courons le risque de devoir reprendre des mesures extrêmement dures et ce n'est pas ce que nous souhaitons", a-t-elle mis en garde.


La première décision qui a été prise est de ne pas activer la phase 5 du déconfnement. "Nous n'augmenterons pas les limites maximum de personnes pour les réceptions et les événements avec public, à l'intérieur et à l'extérieur. Cela signifie aussi que les foires et salons ne pourront pas encore reprendre, a détaillé Mme Wilmès. Nous envisageons peut-être une ouverture pour septembre."


Des mesures supplémentaires ont été prises au niveau national par le CNS. Des mesures locales pourront être adoptées par les autorités compétentes après consultation de leur autorité régionale et des gouverneurs pour s'assurer que les mesures sont cohérentes dans tout le pays.

Le Conseil national de sécurité s'est ainsi mis d'accord sur une série de mesures au niveau national, qui entreront en vigueur le 25 juillet :

  • La politique du port du masque se durcit. Les masques seront obligatoires dans les marchés, brocantes et fêtes foraines ; les rues commerçantes et tout endroit à forte fréquentation qu’il soit privé et public (ces lieux devront être définis précisément dans chaque commune par les autorités locales). Les masques seront également obligatoires dans l’ensemble des bâtiments publics pour les parties accessibles au public. Ils seront, de plus, obligatoires dans les établissements de l'horeca (sauf pour les personnes assises à une table).


  • Les contrôles seront renforcés, notamment dans les bars et cafés.


  • Les clients des restaurants et cafés seront invités à laisser leur adresse email ou leur numéro de téléphone pour qu'ils puissent être prévenus en cas de contaminations au sein de l'établissement. Ces informations disparaîtront après 14 jours et ne pourront être utilisées à d'autres fins.


  • Les magasins de nuit devront fermer leurs portes à 22 heures
  • La bulle de 15 personnes reste en vigueur. La Première ministre a demandé que la population la respecte et que les Belges se contentent de voir 15 personnes par semaine. Qui plus est, elle demande que soit scrupuleusement noté le nom de chacune de ces personnes en vue d'un possible tracing si la situation le requiert. "La bulle de quinze ce n'est pas définitif, son maintien à l'avenir dépend de l'évolution de la situation", a averti Sophie Wilmès.


  • Ces règles doivent être respectées à l'étranger également

Sophie Wilmès a admis que ces nouvelles restrictions constituaient un "coup dur au moral". "Nous préférons prendre des mesures aujourd’hui plutôt qu’avoir des regrets demain, a conclu la Première ministre. Et si nous voulons freiner dès maintenant le retour du Coronavirus, nous devons agir collectivement."