Un comité de concertation s'est réuni ce mardi 6 octobre en vue de juguler le rebond épidémique que connaît la Belgique actuellement. Pour cela, une série de mesures plus strictes ont été adoptées. Réduction de la bulle, bars fermés à 23 heures, rassemblements privés limités... ces nouvelles règles entreront en vigueur le 9 octobre. Mais le comité de concertation a également insisté sur la nécessité pour les gouverneurs et bourgmestres de prendre les choses en main à l'échelle locale si la situation le demandait. 

C'est ce que le ministre-président bruxellois, Rudi Vervoort (PS), a décidé de faire. C'est pourquoi il a réuni, ce mercredi, la cellule provinciale de crise. En concertation avec le nouveau commissaire corona et le ministre de l'Intérieur, Bruxelles pourrait donc acter de l'adoption d'une réglementation plus stricte dans la capitale. Le ministre de la Santé bruxellois, Alain Maron (Ecolo), n'a par ailleurs pas écarté ce mercredi de fermer les bars et cafés. "Cette mesure est sur la table, a affirmé l'écologiste sur LN24. Mais je ne peux pas encore dire si elle sera prise ou non." 

Le ministre bruxellois a ainsi estimé qu'il fallait tenir compte des "effets pervers" que pourrait entraîner la fermeture des bars. "Cela pourrait engendrer davantage de fêtes dans les maisons, a précisé M. Maron. On n'y gagnerait rien, donc il faut bien mesurer ça. Mais il y a également les impacts économiques et psycho-sociaux. Il faut trouver l'équilibre. Je ne sais pas encore ce qu'on décidera, une fermeture ou des heures plus strictes. On verra."

Toujours selon les dires de l'écologiste, il n'y aurait aucun changement envisagé au niveau des transports en commun.