Le météorologue de l'Institut royal météorologique (IRM), Pascal Mormal, était présent sur le plateau de la RTBF afin de tenter d'expliquer la sécheresse actuelle et évoquer un été qui s'annonce caniculaire.

Une période de sécheresse sévit depuis deux mois dans notre pays. Une pénurie d'eau frappe d'ailleurs la Flandre, particulièrement touchée par le manque de précipitations.

"Ce qui est interpellant, c'est la répétition du phénomène depuis maintenant 3 ou 4 ans", précise le météorologue. "Heureusement, la situation est moins grave grâce à un hiver qui a été relativement pluvieux. L’inquiétude est de voir ce genre de scénario se répéter dans le futur."

Pascal Mormal souligne par ailleurs que si les prévisions des prochains jours se confirment, le printemps 2020 sera le printemps le plus ensoleillé jamais enregistré. Il explique de ce fait que cela pourrait avoir un impact sur l'été 2020: "Lorsque les sols sont très secs, il n'y a presque plus d'évaporation. Cela veut donc dire que le soleil va directement réchauffer les sols et cette chaleur va se communiquer à la masse d'air avoisinante. C'est un cercle vicieux. Les températures vont être encore plus élevées et le risque de canicule va s'accroître."

Il n'écarte cependant pas que des phénomènes orageux et des précipitations ponctuelles pourront se produire et refroidir l'atmosphère.

Un été 2020 aussi chaud que l'année dernière ?

Pascal Mormal reste prudent: "En 2020, nous étions dans une configuration unique. On peut s'attendre à un été plus chaud mais ça ne veut pas dire qu'on va atteindre les records de l'année passée ou de 2018Pour nuancer, le printemps 2011 a été un printemps extrêmement sec et ensoleillé. Pourtant, l'été qui a suivi a été très pluvieux et relativement frais", explique-t-il. 

"La tendance du printemps n'est donc pas toujours confirmée par la suite même si, dans la majorité des cas, c'est ce qu'il se passe", conclut le météorologue.

© AFP