"Nous allons vivre aujourd'hui une nouvelle étape importante dans la lutte contre le coronavirus", annonçait le porte-parole interfédéral, Yves Van Laethem, ce vendredi matin. C'est, en effet, ce vendredi, sept mois après l'annonce du confinement en Belgique, que s'est réuni le comité de concertation pour décider des nouvelles restrictions en vigueur. Les discussions, ardues, ont débuté aux alentours de 14 heures et ont pris fin à 19 heures.

Le Premier ministre, Alexander De Croo (Open Vld), et le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke (sp.a), ont pris la parole à 19 heures 30 pour expliquer aux Belges les décisions du comité de concertation.

"Ce virus est aujourd'hui très proche, c'est la grande différence avec ce que nous avons connu en mars et avril. Nous connaissons tous des gens qui sont en quarantaine ou qui sont malades. Nous sommes aujourd'hui en phase d'alerte 4 en Belgique", a commencé Alexander De Croo. "Nous médecins et hôpitaux sont soumis à une pression qui est énorme."


Les mesures de la semaine dernière visaient à réduire le nombre de contacts rapprochés. "Nous avons constaté que tout le monde a fait des efforts, a expliqué le Premier ministre. Je voudrais dire merci à toutes les personnes qui ont respecté ces mesures, tous ensemble nous y arriverons. Mais, malgré cela, la propagation du virus s'accélère. Les chiffres doublent semaine après semaine. Aujourd'hui, près de 2000 personnes sont hospitalisées. Hier, 35 personnes sont décédées des suites du Covid. Les chiffres sont alarmants et sont supérieurs à ceux de mars et avril. Et les prochains jours ne seront pas des jours positifs, les chiffres vont continuer à augmenter. En mars, on a pris des mesures très fortes. Aujourd'hui, nous devons faire de même."

C'est pour toutes ces raisons que les autorités ont décidé ce vendredi d'adopter de nouvelles restrictions :

  • Un seul contact rapproché : cette personne ne fait pas partie de votre foyer. C'est la seule que vous pourrez serrer dans vos bras sans respecter les distanciations sociales. Cela devra être la même personne, un mois durant. Une bulle de 1, en quelque sorte.

  • Les rassemblements privés sont limités à 4 personnes. Vous pouvez continuer à recevoir des gens chez vous. Mais seulement quatre personnes (toujours les mêmes) durant deux semaines.

  • Les rassemblements sur la voie publique sont limités à 4 personnes maximum.

  • Les marchés de Noël sont annulés. Les marchés normaux pourront se maintenir mais pas les marchés de Noël qui pourraient être des lieux où la circulation du virus pourrait être difficile à contrôler.

  • Le télétravail devient la norme. Pour les personnes pour lesquelles cela est possible, le télétravail devient obligatoire. Ce n'est pas parce que les entreprises ne sont pas "sûres", dixit nos autorités, mais pour éviter qu'il y ait trop de gens dans les transports.

  • Les cafés et restaurants vont devoir fermer pendant un mois. Cette mesure vaut pour une période de quatre semaines et fera l'objet d'une évaluation après deux semaines. Le retrait sur place de plats à emporter reste possible jusqu'à 22 heures. Les réceptions et banquets organisés par un service traiteur ou de catering professionnels sont interdits, sauf dans les hôtels pour les clients qui y séjournent et les réceptions dans le cadre de funérailles (maximum 40 personnes).
     


  • La vente d'alcool est interdite à partir de 20 heures pendant un mois. Les nightshops doivent fermer à 22 heures, mais ils devront (comme les autres magasins) cesser la vente d'alcool à partir de 20 heures. Cette mesure restera en vigueur durant un mois. 

  • Un couvre-feu de minuit à 5 heures du matin. Pour les personnes qui rentrent du travail ou doivent aller chercher quelqu'un qui a un problème, il y aura bien sûr des exceptions. Mais la règle générale est qu'il est interdit de se déplacer entre minuit et 5 heures du matin. 

  • Pour le secteur sportif et culturel, un nouveau protocole sera mis au point dans le courant de la semaine. Le commissaire covid; Pedro Falcon, va, avec les ministres responsables et les secteurs, travailler pour mettre au point tous les protocoles. Jusqu'au 23 octobre, les règles actuellement en vigueur restent d'application. Les événements sportifs devront toutefois se limiter à un public de 200 personnes dès lundi.

"Nous nous rendons bien compte que ces mesures sont très dures", a admis M. De Croo. "Mais elles sont nécessaires. Ce virus touche tout le monde d'une façon particulièrement dure. Nous allons devoir faire face à des semaines très difficiles. Mais c'est maintenant qu'il faut agir pour éviter le pire."

Pour conclure l'annonce de ces mesures, le ministre de la Santé a émis un triste constat: "Nous ne pourrons plus avoir de contacts rapprochés." 

Le gouvernement fédéral a d'ores et déjà annoncé que des compensations seraient versées aux cafés et restaurants qui devront fermer leurs portes. Il va doubler le droit passerelle pour les indépendants contraints de fermer leurs portes. Les mesures d'aide existantes seront prolongées. Une exonération ONSS interviendra également. 

"En mars et en avril, nous avons prouvé que nous étions capables de faire diminuer les chiffres, je suis confiant quant au fait qu'on peut y arriver à nouveau", a insisté Alexander De Croo.

Quid du baromètre ?

Le ministre de la Santé a expliqué que le baromètre était défini mais pas encore complet. Les niveaux ont été acceptés et la Belgique se situe actuellement au quatrième palier. "Mais nous devons encore y travailler. Il y a des paramètres que nous allons vérifier et une fois que le baromètre sera tout à fait terminé, nous pourrons vous présenter toutes ces mesures", a expliqué M. Vandenbroucke.