Dans les prisons, les visites des familles sont suspendues jusqu’au 3 avril (une telle décision a été prise en Italie et cela a conduit à des émeutes). En compensation, les détenus recevront 20 euros de crédit d’appel pour s’entretenir avec leur famille.

La suspension des visites familiales était censée entrer en vigueur ce samedi mais, dans plusieurs établissements pénitentiaires, elle était déjà d’application vendredi, en raison de l’absence de surveillants. Selon Grégory Wallez (CGSP), "on a des malades un peu partout et ça risque de prendre de l’ampleur".

Un premier cas de coronavirus avait été constaté à la prison de Mons où un détenu a été détecté positif. Or, sans mesures drastiques, le virus risque de se propager à une vitesse effrayante dans ces lieux fermés, où les détenus se partagent des cellules exiguës et où règne une promiscuité forcée.

Aussi, les directions d’établissements pénitentiaires ont reçu des instructions pour lutter contre la propagation du coronavirus.

Un plan de prise en charge a été défini au cas où un détenu est testé positif. Le cas échéant, le détenu sera évacué vers une structure adaptée.

Dirigés vers la prison de Bruges

Les détenus testés positifs qui ne présentent que des symptômes modérés seront ainsi transférés par ambulance dans une section séparée à la prison de Bruges.

Vu la présence d’un centre médical dans l’établissement et d’un fort compartimentage de l’infrastructure, la prison de Bruges offre en effet un cadre adapté pour l’accueil des détenu(e)s contaminé(e)s. Ils ou elles y seront placé(e)s en isolement médical.

Le médecin de la section décidera de la fin de la mesure d’isolement. Le détenu pourra alors retourner en cellule ordinaire, dans sa prison d’origine.

Outre la prison de Bruges, d’autres pistes sont explorées pour l’accueil des détenus testés positifs.

Les détenus qui présenteraient des symptômes sérieux, comme des problèmes respiratoires graves, seront transférés dans un hôpital de référence.

Vendredi, il a également été décidé de prendre la température de tous les détenus entrants. Si une fièvre est détectée, le détenu sera placé en isolement en attendant le résultat du test.

En outre, des mesures particulières sont prises afin de maintenir le niveau d’hygiène au sein de la prison et des cellules. Pour les cas suspects, les cellules sont nettoyées quotidiennement en profondeur.

Masques, gel, gants…

Afin de protéger la santé de l’ensemble du personnel et de limiter la propagation, un stock supplémentaire d’équipements de protection (masques buccaux, gel pour les mains antibactérien, gants) sera par ailleurs conservé dans la pharmacie centrale.