Sur le site du SPF Affaires étrangères, un premier formulaire est disponible au téléchargement. Le "Public Health Passenger Locator Form" doit encore être actualisé : il n'est pour le moment disponible qu'en anglais. Actuellement, seuls les voyageurs qui reviennent de zones rouges sont obligés de le remplir.

Mais dès le 1er août, cette obligation concernera presque tous les touristes qui devront le remplir 48h avant leur retour, sous peine de se voir infliger une amende de 250 euros. Seuls les personnes ayant séjourné à l'étranger pendant deux jours ou moins en seront exemptés.

Le secteur du voyage dénonce une "communication maladroite"

Les tours-opérateurs ont reçu de nombreux appels de voyageurs inquiets à la suite de l'annonce par le Conseil national de sécurité (CNS) jeudi de la mise en ligne d'un formulaire à remplir par les personnes revenant de voyages dans des zones rouges ou oranges, indique vendredi Pierre Fivet, administrateur de l'Association belge des tours-opérateurs (ABTO). L'organisation regrette une "communication maladroite et prématurée" concernant ces nouvelles mesures et plaide pour une simplification du formulaire. Les agences de voyages doivent désormais renseigner leurs clients à propos du formulaire numérisé que ces derniers seront obligés de remplir à leur retour de séjour. Que ce soit par courriel, par SMS ou par l'intermédiaire du guide touristique pour les voyageurs déjà sur place, chaque agence de voyage procède à sa manière, affirme M. Fivet.

Les clients qui ne sont pas encore partis seraient probablement informés par le biais de leurs documents de voyage. Si les agences sont tenues de transmettre les informations nécessaires, c'est bien aux voyageurs que revient la responsabilité du remplissage du formulaire.

"En ces temps instables, où la charge de travail est déjà très lourde en raison des nombreuses questions provenant des voyageurs, (l'assistance apportée par les agences, NDLR) représente une tâche administrative supplémentaire", souligne l'ABTO. "Nous sommes néanmoins heureux de coopérer si celle-ci se passe de manière fluide et contribue à la sécurité de nos clients ainsi qu'à la santé publique en général."