Le cabinet de Philippe De Backer (Open Vld), ministre en charge de l'approvisionnement du matériel destiné à lutter contre le coronavirus, indique que les récalcitrants seront désormais punis. "Depuis le 1er août, toute personne qui revient de l'étranger doit remplir le Passenger Locator Form. Et celui qui revient d'une zone rouge reçoit un code pour se faire tester. Or, plus de la moitié de ces codes ne sont pas utilisés, ce qui suppose que ces personnes n'ont pas été testées", précise Caroline Leys, porte-parole du ministre, à nos confrères du Nieuwsblad.

Les personnes qui reviendront de ces zones seront désormais considérées comme des personnes à haut risque. "Vous serez désormais obligés de vous faire tester. Si vous revenez d'une zone rouge et que vous ne vous faites pas tester ? Vous serez contactés par un 'contact tracer'. Et si vous ne vous faites toujours pas dépister, vous pouvez vous attendre à recevoir une amende", ajoute Caroline Leys.

Attention car ces amendes seront salées, indique-t-on au cabinet De Backer: de 208 à 4.000 euros, et même une peine de prison allant de 8 jours à six mois !

Pour rappel, voici les zones rouges au retour desquelles un test est obligatoire:

  • Bulgarie: régions du Nord-est, Sud-ouest
  • Danemark
  • Espagne: Communauté autonome d’Aragon ; communauté autonome de Navarre; province de Barcelone et province de Lleida (communauté autonome de Catalogne); province de Biscaye (communauté autonome du Pays basque) ; province de Soria (communauté autonome de Castilla y Leon); villes d'Aranda de Duero (province de Burgos), Iscar et Pedrajas de San Esteban (province de Valladolid)
  • Finlande
  • Lituanie
  • Malte
  • Roumanie: régions de Bucarest-Ilfov, du Centre, Nord-ouest, Nord-est, Sud-est, de Sud-Munténie et de Sud-ouest Olténie
  • Royaume-Uni: Leicester, Aberdeen