" Je pense qu'il s'agit là d'une sage décision", annonce d'emblée l'expert. Selon lui les chiffres actuels, rapportant une forte hausse des hospitalisations ce vendredi et l'arrivée de nouveaux patients en soins intensifs, peuvent être le signe d''une bombe qui risque d'exploser.

"En prenant la décision de ne pas assouplir les mesures tout de suite et de reporter le comité de concertation d'une semaine, les dirigeants se laissent le temps de voir s'il s'agit réellement d'une réelle bombe ou d'un faux signal", estime-t-il. Pour l'expert, avec ce report, on ne pourra pas reprocher au gouvernement ce que l'on a déjà pu reprocher en septembre au gouvernement Wilmès d'ouvrir trop vite pour ensuite devoir faire demi-tour.

Pas une surpise

Yves Van Laethem était présent ce lundi au côté du Premier ministre Alexander De Croo (Open VLD), pour faire le point sur la situation épidémiologique en Belgique. Une telle décision était-elle déjà alors envisagée ? "C'était effectivement une hypothèse qu'il n'y ait pas d'assouplissement lors du comité de concertation, alors que les chiffres des hospitalisations n'étaient pas encore aussi élevés".

Il ne s'agit donc pas d'une grande surprise pour l'expert qui s'attendait cependant à ce que les discussions politiques aboutissent éventuellement sur quelques assouplissements.

Yves Van Laethem a également tenu à mettre en garde contre le non-respect de certaines mesures, notamment le télétravail. "Prenez le comportement des gens qui ne respectent pas les mesures, parsemez des différents variants et tout est réuni pour que la bombe explose", avertit-il.