L'Union Belge Contre les Nuisances des Avions (UBCNA) a reproché jeudi au secrétaire d'Etat fédéral de la Mobilité Etienne Schouppe de préparer en catimini le terrain pour permettre la réalisation rapide d'un terminal low-cost à l'aéroport national de Zaventem.

Deux députés cdH de la Chambre ont emboîté le pas de l'association composée essentiellement de bourgmestres MR de Bruxelles et de sa proche périphérie. Depuis 2008, l'UBCNA dénonce la réalisation sans autorisation de bâtir et sans études d'incidences d'un terminal low-cost à l'aéroport de Bruxelles-National.

Selon le président de l'UBCNA, Didier Gosuin, Etienne Schouppe a présenté au gouvernement fédéral un projet d'arrêté royal pour modifier la licence d'exploitation de l'aéroport. Objectif, dixit Didier Gosuin: modifier les redevances aéroportuaires pour permettre l'exploitation de ce terminal low-cost via une taxation différenciée des procédures d'embarquement selon les terminaux utilisés.

"La création d'un nouveau terminal low-cost se fait en toute illégalité. Les travaux se font au forcing, sans aucune autorisation. Et aujourd'hui, en catimini, le ministre fédéral Etienne Schouppe veut modifier les redevances aéroportuaires pour entériner son existence.

C'est totalement inacceptable", a dénoncé le président de l'UBCNA. Cinq communes bruxelloises ont mis en demeure la commune de Zaventem et la Députation permanente du Brabant flamand en leur enjoignant d'utiliser leur pouvoirs de police administrative pour arrêter les travaux sous peine de voir leur responsabilité engagée pour avoir toléré voire autorisé tacitement des travaux illégaux.

De leur côté, les députés cdH Georges Dallemagne et Clotilde Nyssens ont également tenu à exprimer publiquement leur opposition à la modification de la réglementation sur les redevances aéronautiques pour permettre la création d'un Terminal Low Cost sur le site de Bruxelles-National. Selon eux, ce dossier semblerait déjà tellement ficelé qu'on avancerait la date du 15 août prochain pour le début des tests du nouveau Terminal avec une inauguration en grandes pompes deux mois plus tard.

Les députés ont rappelé que certaines formalités indispensables à une telle activité n'ont toujours pas été respectées: pas de permis d'environnement, pas d'autorisation d'exploitation, pas d'étude d'incidences alors qu'un arrêt de la Cour Européenne de Justice du 28 février 2008 impose une telle étude dans ce cas précis. Les deux députés ont enfin demandé à M. Schouppe et à la Région flamande de communiquer clairement leurs intentions.