"Nous sommes très satisfaits", a commenté ce matin Patrick Descy, de la CGSP-Défense, à la sortie d'une réunion entre les syndicats et les représentants de l'état-major de l'armée. Suite à l'instauration de tests sportifs statutaires pour tous les militaires, y compris ceux affectés à des tâches de bureau, les organisations syndicales avaient exigé la mise en place de séances d'entraînement pendant les heures de travail. "Nous avons obtenu ce que nous demandions", se réjouit M. Descy.

À partir de 2017, et non 2019 comme le proposait l'état-major, les soldats auront tous droit à trois séances de sport de 45 minutes par semaine. "Nous restons contre la mesure statutaire", a réagi pour sa part Gilles Van Oosthuizen, du SLFP-Défense. "Mais ce que nous avons eu est une bonne chose. Les militaires auront le temps de se préparer aux tests."

Le "Physical Evaluation Fitness" (PhEF), pouvant conduire à une radiation du militaire en cas d'échecs successifs, est devenu statutaire depuis le 1er janvier 2014. Son entrée en vigueur effective ne se fera toutefois qu'à partir de 2015 et l'obligation de réussite à partir de 2019. La loi prévoit des mesures dites transitoires pour les plus de 45 ans ou les soldats ayant plus de 25 ans de service. Ceux-là devront se soumettre aux tests, mais ne risqueront pas la radiation.