Le collège provincial du Brabant wallon a promis samedi de proposer "dans les meilleurs délais" une modification de la nouvelle taxe de trente euros frappant les propriétaires de kots étudiants que la province a instauré jeudi, a indiqué le député provincial Mathieu Michel (MR). Le conseil provincial, dirigé par une majorité MR-PS, a voté jeudi ses règlements taxes 2014-2019 en adoptant une taxe sur les secondes résidences qui touche également les logements d'étudiants à concurrence d'environ trois euros par mois.

Mais dès vendredi, un certain nombre de contacts pris avec le collège provincial ont mis en évidence la pression fiscale déjà fort importante qui pesait sur les kots étudiants. Plus singulièrement à Ottignies-Louvain-la-Neuve où une taxe communale de 150 euros est déjà perçue en plus du précompte immobilier.

"Dès lors, le collège provincial proposera dans les meilleurs délais une modification de cette taxe allant jusqu'à l'exonération des kots étudiants pour rester en adéquation avec sa volonté d'une fiscalité faible juste et équitable", a affirmé samedi M. Michel dans un communiqué.

Le cdH, dans l'opposition, a critiqué cette ne mesure qui pénalisera, selon les humanistes, les étudiants et leurs parents, principalement à Louvain-la-Neuve.

L'Université catholique de Louvain (UCL), qui possède 4.250 logements sur Louvain-la-Neuve, avait "regretté" cette nouvelle taxe, prévenant qu'elle sera répercutée sur les étudiants locataires.