© D.R.

Belgique

Tribunal arbitral: l'Eglise continue à réfléchir

BELGA

Publié le - Mis à jour le

Attendu sur cette question, le primat de Belgique, Monseigneur Léonard, interrogé dimanche par divers médias, après l'homélie pascale, n'a pas souhaité s'exprimer sur les conclusions de la Commission de la Chambre. Une discussion est en cours au sein de l'Eglise, a-t-il dit sur la Une (RTBF), évoquant le travail de "préparation" réalisé "avec des juristes" par les évêques Guy Harpigny et Johan Bonny. Ceux-ci s'attachent à examiner quelle est "la situation la plus adéquate", a dit Mgr Léonard, assurant qu'une réponse serait apportée "avant l'été".

Le tribunal arbitral "est une possibilité qui est proposée", a relevé l'archevêque de Malines-Bruxelles, soulignant qu'un pour cent des abus sexuels qui se présentent dans la société le sont dans le cadre de l'Eglise.

Monseigneur Léonard a souligné que Monseigneur Vangheluwe, qui avait minimisé il y a quelques jour des abus sexuels commis sur deux de ses neveux, une affaire aujourd'hui prescrite, "a déjà été sanctionné" en ayant été déchargé de sa mission d'évêque. La mise au jour de ces abus avait déclenché chez les victimes de prélats une prise de conscience quant à l'ampleur du phénomène au sein de l'Eglise.

Saisie du dossier, une Commission spéciale de la Chambre a approuvé à l'unanimité le 30 mars dernier une série de conclusions et recommandations dont la proposition faite à l'Eglise de mise sur pied d'un tribunal arbitral, nombre d'affaires étant aujourd'hui prescrites, tant par la justice qu'en vertu du droit canon. La séance plénière de la Chambre a adopté ces mêmes recommandations le 7 avril.

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci