Nous voici donc 366 jours plus tard. Une année que nous avons voté. Et le rabiot d'une journée supplémentaire due à 2008 année bissextile n'aura été d'aucun secours. L'impression d'un long surplace hante les esprits.

On a connu six mois sans gouvernement. On a connu six mois avec un gouvernement. On n'a pas vu la différence : toujours ce sentiment de vacuité absolue.

Ils en font pourtant des efforts pour nous convaincre - pour se convaincre eux-mêmes ? - de ce qu'ils voudraient s'occuper "des problèmes qui intéressent les gens". Rien n'y fait ! L'image d'une équipe qui tire à hue et à dia et celle d'un chef d'équipe amorphe sont trop prégnantes. Ce gouvernement fait de bric et de broc rassemble tout et son contraire. Divisé Nord-Sud sur les questions linguistico-communautaires, il l'est aussi sur l'axe droite-gauche en matières socio-économiques. Et pour couronner le tout, comme si ça ne suffisait pas, une échéance électorale. De quoi les rendre tous dingues !

Un an déjà et cette impression qu'un fossé, un gouffre s'est creusé entre les communautés. Comme une espèce de petite mais puissante dérive des continents qui s'acharnerait sur le confetti belge. On ne se parle plus, on ne se comprend plus. Les géologues politiques observent, médusés, les effets dévastateurs de la tectonique des plaques.

Pays longtemps réputé pour la qualité de ses plombiers, la Belgique ne peut, aujourd'hui que constater les dégâts : les tuyaux se rompent les uns après les autres et certains, même, s'emploient à miner ceux qui résistent encore.

Un an déjà ! Et toujours Bruxelles-Hal-Vilvorde, les bourgmestres de la périphérie, les nouvelles compétences à régionaliser. A quoi viennent s'ajouter l'inflation, le prix du pétrole, le pouvoir d'achat. Un an déjà que tous ces problèmes rongent le pays, tourmentent l'esprit des citoyens, radicalisent les positions des uns et des autres.

Un an déjà ! Et il reste un mois seulement à Yves Leterme pour démontrer que son apparente apathie n'était pas une stratégie du pourrissement, un agenda caché pour faire sauter la Belgique.

Un an déjà ! La vieille Dame de 178 ans ne méritait pas tous ces coups. Bonjour tristesse !