Un cercle anti-Israël à l’ULB

Christian Laporte Publié le - Mis à jour le

Belgique

L’Université libre de Bruxelles est encore dans le collimateur de la communauté juive.

En cause : l’admission d’un Cercle appelé BDS pour Boycott, Désinvestissement, Sanction. Sous-entendu : d’Israël. C’est là que le bât blesse. Il ne peut certes être question pour les descendants spirituels de Pierre-Théodore Verhaegen d’empêcher un débat de fond sur le conflit israélo-palestinien dans une université qui a toujours été à la pointe des grands combats démocratiques mais quid d’un cercle qui veut mettre Israël à l’index des nations démocratiques ?

La question n’a pas été facile à trancher puisque ledit cercle avait déjà été mis en stand-by et il a fallu plus de deux heures au CA de l’Alma Mater pour trancher à une courte majorité. La décision commence en tout cas à susciter des réactions.

Pour le Centre communautaire laïc juif "cette reconnaissance aux conséquences désastreuses va à l’encontre des valeurs sur lesquelles se fonde l’ULB. Le libre examen n’implique pas qu’on préconise le boycott de professeurs, de chercheurs et d’étudiants du fait de leur nationalité : le boycott académique vise des citoyens israéliens non pour ce qu’ils pensent, mais pour ce qu’ils sont." Pour son président Henri Gutman "cette dérive discriminatoire permet à des groupes de diffuser en toute impunité leur haine d’Israël et non leur hostilité envers une politique menée par un de ses gouvernements" .

Plus surprenant : la décision va à l’encontre de la politique de coopération académique de l’ULB avec des universités et des centres de recherche israéliens : "l’ULB ne peut simultanément mener une politique académique de coopération et de dialogue avec des universités israéliennes tout en laissant se déployer des efforts politiques pour boycotter Israël et ses universités" . Le CCLJ constate aussi que "le boycott académique ne pénalise en rien les tenants de la politique d’occupation et des territoires palestiniens. La campagne est non seulement injuste mais totalement contreproductive. Nous sommes convaincus que la coopération universitaire favorise le dialogue et le partenariat pour la paix" .

Le CCLJ ne nie pas les problèmes engendrés par l’occupation des territoires palestiniens par Israël mais condamne vigoureusement "toute campagne de boycott qui se traduit par une tentative de stigmatisation d’un pays tout entier qui ne contribuera pas à améliorer la vie quotidienne et la situation des Palestiniens" .

Christian Laporte

A lire également

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

  1. 1
    Analyse
    Un 11 juillet catastrophique pour les nationalistes flamands

    La N-VA n’a décidément pas été à la fête ce 11 juillet 2019. Non seulement elle a vu son image ternie par la sortie de route pathétique de Kris Van Dijck. Mais en plus, elle a connu un réveil difficile le matin même, comme terrassée par un immense ...

  2. 2
    Vidéo
    Le président du Parlement flamand soupçonné d'avoir favorisé une prostituée qu'il fréquentait

    En plein scandale, le président du Parlement flamand démissionne. La N-VA pouvait rêver d’une fête de la Communauté flamande plus glorieuse et plus à son avantage… Alors que le nord du pays se remémorait la victoire terrible en 1302, près de ...

  3. 3
    Gouvernement wallon : Voici les revendications du MR

    Le ministre-président wallon sortant Willy Borsus a énoncé jeudi, dans un entretien avec l'agence BELGA, les éléments d'un premier catalogue de revendications s'ajoutant aux éléments de travail de la note Coquelicot proposée par le PS et Ecolo après ...

  4. 4
    Le matraquage anti-Ecolo du MR pendant la campagne a porté ses fruits

    Le consortium RepResent sort une étude sur les transferts de voix entre partis. L’entreprise de destruction du MR contre Écolo pendant la campagne électorale semble avoir porté ses fruits. Jamais l’électeur belge n’avait été aussi volatil ...

  5. 5
    Renaud Witmeur, nouveau grand patron de l’enseignement francophone : Une désignation dont le timing interpelle

    Le grand patron de l’enseignement francophone sera désigné cette semaine. Il s’agit de Renaud Witmeur (PS). Mercredi, une séance plénière du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) sera organisée. La nouvelle assemblée s’était ...

cover-ci

Cover-PM

Facebook