Un colloque qui a eu lieu la semaine dernière à Bruxelles mais aussi un livre particulièrement bien documenté et réalisé avec la collaboration de l’université des femmes évoquent les six décennies d’existence du Rassemblement des Femmes pour la paix qui fut un des fers de lance du combat féministe en Belgique.

Dès la fin du XIXe siècle, il est apparu qu’il y avait pour le moins des passerelles entre le pacifisme et les mouvements féministes. C’est que les deux combats se rejoignaient contre l’oppression et la violence et contre la guerre perçue comme un monde masculin. En outre, l’engagement des femmes dans le pacifisme n’avait fait que renforcer leurs revendications émancipatrices et égalitaires. La montée des périls avait vu déjà nombre de femmes s’engager au nom des idéaux progressistes avant la Seconde Guerre mondiale et tout naturellement, un grand nombre rejoignit la Résistance.

Avant même la fin de la guerre s’était alors créée chez nous une Union des femmes exprimant bien l’euphorie patriotique du moment, ce qui se confirma ensuite lors de la Libération.

C’était un mouvement réunissant des femmes de tous milieux et de tous horizons qui entendaient voir s’améliorer globalement leur quotidien. Elles finirent par obtenir certaines revendications dont, enfin, le droit de vote aux élections législatives mais elles avaient encore payé un lourd écot en vies humaines en 40-45. La paix revenue, leur belle unanimité fut cependant rapidement brisée par la Guerre Froide.

Il allait en surgir divers mouvements dont le mouvement des Femmes pour la paix qui se définit comme progressiste et démocratique. Avec notamment une importante présence communiste mais pas exclusivement.

Six décennies plus tard, le Rassemblement des Femmes pour la paix est toujours là mais entre-temps il a été de toutes les grandes luttes féminines - féministes - récentes. Cette évolution a été évoquée la semaine dernière au Centre Amazone sous la houlette de l’historienne Marie-Thérèse Coenen, en collaboration avec d’autres spécialistes de la question.

Un livre remarquablement bien illustré et surtout bien documenté avec une noria de portraits de militantes prolonge la réflexion, rappelant que le Rassemblement des Femmes pour la paix avait rapidement élargi son action après s’être limité d’abord à l’analyse de la situation internationale.

Pour cause d’affrontements idéologiques entre l’est et l’ouest, le mouvement eut sa part de tensions, d’éloignements et de rapprochements. Mais le RFP se souda dans le combat pour les nouveaux droits des femmes.

Le livre rappelle avec forces détails la popularisation de l’accouchement sans douleur, la grève des "femmes-machines" de la FN de Herstal, la lutte pour le droit au travail des femmes mariées ou encore, last but not least, le long combat pour la dépénalisation de l’avortement.

C’est donc un ouvrage à mi-chemin entre travail historique et travail de commémoration issu d’un dialogue entre des historiennes et des militantes de terrain. Ce qui le rend terriblement vivant et bigrement actuel !

"Rassemblement des Femmes pour la paix. Un mouvement, une histoire, des engagements", Collection Agirs féministes. Renseignements : 02/229.38.25