Il durera au moins six mois. Les parties civiles vont avoir accès au dossier.

L’enquête sur les attentats de Bruxelles n’est pas terminée, mais les parties civiles vont avoir accès exceptionnellement au dossier à partir du début avril dans un bâtiment proche du Palais de Justice de Bruxelles, a indiqué le Parquet fédéral, dans un point de presse et dans un communiqué.

Les victimes et leurs proches pourront, si elles le veulent, consulter les pièces dans des ordinateurs, sans en emporter des copies. Ils recevront aussi l’aide d’assistants de justice. Certaines images sont en effet difficiles à supporter. Les procédures sont complexes.

Le dossier est énorme : près de 140 cartons avec 6 200 procès-verbaux, résultats de l’enquête qui dure depuis le 22 mars 2016. Le troisième anniversaire de ces attentats, qui avaient fait 32 morts et 340 blessés, sera commémoré vendredi par des cérémonies à l’aéroport et au métro de Maelbeek.

"Les pièces essentielles du dossier seront traduites dans neuf langues", souligne le Parquet fédéral. "Le néerlandais, mais aussi le français, l’anglais, l’allemand, l’espagnol, l’italien, le portugais, le polonais et le suédois, langues les plus courantes parmi les victimes. Pour chaque langue, huit traducteurs ont reçu 1200 pages à traduire".

Un effort inédit pour les parties civiles, souligne le Parquet fédéral, qui promet que cet accès au dossier sera "encadré de la façon la plus humaine possible".

Les parties civiles et leurs avocats réclamaient depuis plusieurs semaines cet accès au dossier. Les avocats des inculpés détenus ont déjà accès à certaines pièces avant la comparution de leurs clients devant la Chambre du Conseil.

"Ce n’est pas si exceptionnel que cela", explique Me Guillaume Lys, avocat de plusieurs parties civiles. "Dans l’attentat contre le musée juif, on avait pu avoir accès à certaines pièces avant la fin de l’instruction. Le signal ici, c’est que la fin de l’instruction approche et qu’on va bientôt pouvoir avoir le procès".

Une salle d'audience pour un millier de personnes 

Selon le Parquet fédéral, le procès pourrait avoir lieu en 2020 et durer au moins six mois. Douze personnes sont pour le moment inculpées par les juges d’instruction. Près de 600 victimes se sont constituées parties civiles (209 pour l’attentat à Maelbeek, 391 pour Zaventem). "Ce sera particulièrement difficile de trouver un espace suffisant pour accueillir environ mille personnes dans un environnement confortable et de sécurité", estime le Parquet fédéral.

Une option serait d’aménager avec des tribunes le grand hall intérieur du Palais de justice, place Poelaert, mais elle est encore à l’étude.