C’est important pour les détenus : maintenir le contact avec les proches via le téléphone. Actuellement, les détenus peuvent faire usage de téléphones à carte. C’est bien souvent une source de tension, voire même de bagarres, car ces téléphones sont peu nombreux. Il peut y avoir de longues files derrière ces téléphones. D’autant que le nombre d’appel a fort augmenté au fil des ans. La hausse est de 25 % en cinq ans, soit davantage que celle du nombre de détenus.

C’est une des raisons pour laquelle la ministre de la Justice, Annemie Turtelboom (Open VLD) souhaite installer des téléphones dans les cellules de prison. Elle l’a dit aux quotidiens flamands "De Standaard" et "Het Nieuwsblad". Les premières cellules seront équipées dès l’année prochaine. A terme, elle espère que toutes les cellules seront équipées d’un téléphone.

Le système sera similaire à celui que l’on connaît aujourd’hui. Le détenu devra toujours donner à la direction une liste des numéros de téléphone qu’il souhaite contacter. A l’issue d’un contrôle, les numéros approuvés seront programmés dans le téléphone. Les autres numéros resteront inaccessibles. Comme c’est le cas actuellement, les appels resteront payants.

Mais, dit la ministre, on peut s’attendre à une baisse car les prix actuels sont bien plus élevés que ceux que l’on trouve hors des murs de la prison.

La ministre de la Justice compte aller plus loin. Elle souhaite que les détenus puissent accéder à Internet. Là aussi, sous un contrôle strict, via une identification par empreintes digitales.

Le détenu recevrait une clé USB sur laquelle les sites autorisés seraient programmés sur base du dossier personnel du détenu. La ministre pense notamment aux sites qui permettraient une réinsertion en société, comme les sites de recherche d’emploi.J. La.