Cent trente-sept dossiers concernant les violences conjugales sont ouverts chaque jour auprès des parquets en Belgique. Ces violences psychologiques, physiques et sexuelles, concernent une femme sur sept, a rappelé vendredi la ministre de l'Egalité des chances, Joëlle Milquet, à l'occasion de la Journée internationale de lutte contre la violence à l'égard des femmes. La ministre a demandé au prochain gouvernement de faire de la lutte contre les violences faites aux femmes une "affaire d'Etat".

Les chiffres révèlent la gravité du problème: en 2010, 50.094 nouveaux dossiers concernant des violences conjugales ont été ouverts par les 27 parquets du pays. En quatre ans, ces chiffres ont augmenté de 11,73%, puisque l'on dénombrait 44.835 dossiers ouverts pour l'année 2007.

Joëlle Milquet a également rappelé que, malgré ce nombre de plaintes en augmentation, trop peu de victimes de violence entre partenaires entreprennent des démarches auprès de la police.

Sabine de Bethune, présidente du Sénat, a pour sa part déposé récemment une proposition de loi visant à interdire au conjoint violent l'accès au domicile conjugal durant 10 jours maximum.

Actuellement, ce sont très souvent les victimes de violences, parfois accompagnées de leurs enfants, qui se voient contraintes de quitter leur univers familier alors que leur agresseur continue à vivre dans le domicile conjugal.