Près de 1 350 personnes ont participé à la manifestation de solidarité avec les sans papiers qui s’est déroulée samedi après-midi à Bruxelles, a indiqué la police. Cette manifestation était organisée à l’initiative du "Camp No Border" qui proteste contre la politique européenne d’asile et d’immigration. "Nous sommes pour la liberté de migration et sommes convaincus que l’actuelle politique d’asile n’est pas efficace. Chaque année, au moins 700 personnes perdent la vie en essayant de venir en Europe, notamment lors des contrôles aux frontières et lors des expulsions. La politique européenne d’immigration a donc causé plus de 10 000 morts depuis les années 90" , expliquait ainsi le porte-parole du "Camp No Border", Alex Wauters. Selon ce dernier, plusieurs groupes de sans papiers ont eu peur "de participer à la manifestation, en raison des incidents survenus ces derniers jours".

Partie du parc Maximilien, cette manifestation est passée devant le Petit Château, le centre-ville et la Bourse, avant de rejoindre son point de départ où des concerts, des débats et diverses activités étaient prévus. Selon le porte-parole de la police de Bruxelles, Christian De Coninck, aucune arrestation n’a eu lieu. Cet événement clôturait le "Camp No Border", qui a rassemblé de nombreux activistes de différents pays, du 27 au 3 octobre, en différents endroits de Bruxelles et sur le site de Tour & Taxis.

Par ailleurs, le parquet de Bruxelles a indiqué samedi que cinq personnes avaient été placées sous mandat d’arrêt suite à l’attaque menée vendredi soir par une cinquantaine de personnes contre le commissariat de la place du Jeu de Balle, au cours de laquelle deux agents ont été blessés. Il s’agit d’un Belge, d’un Espagnol, d’un Français et de deux Italiens. Selon le parquet, l’attaque du commissariat est survenue après que la police eut dispersé vendredi une manifestation rassemblant des activistes du "Camp No Border" à proximité de la gare du Midi. Dimanche, le parquet a toutefois fait savoir qu’une de ces personnes avait été libérée. Les quatre autres restent pour le moment derrière les barreaux; une décision les concernant devant être prise au cours cette semaine. (D’après Belga)