Jusqu’ici, l’on avait surtout entendu les opposants, mais comme à la fin de l’hiver 1991 lors de sa nomination controversée à Namur, les supporters de Mgr Léonard ont aussi décidé de monter sur le terrain Une pétition sur Internet visant à soutenir sa nomination à la tête de l’archevêché de Malines-Bruxelles a en effet déjà recueilli plus de 4 000 signatures alors qu’elle n’a été mise sur la Toile que depuis quelques jours.

L’initiative émane d’un médecin généraliste anversois, le Dr Koen Thomeer, qui a décidé d’entreprendre cette démarche, parce que selon lui "depuis la désignation de Mgr Léonard comme successeur du cardinal Danneels, les journalistes ne cessent de répandre des réactions négatives au sujet de sa personne".

Et d’expliquer qu’"il est frappant de constater que l’on passe sous silence pratiquement vingt ans de travail de reconstruction et de restauration de son diocèse de Namur.

C’est pourquoi, par le lancement de cette pétition, nous désirons en tant que simples fidèles apporter un contrepoids à ces réactions. C’est aussi une manière d’apporter un soutien fort au nouvel archevêque dans les lourdes tâches qui l’attendent".

Dans la foulée, le promoteur de la pétition annonce aussi sur le site www.pro-leonard.be le lancement d’un bulletin d’information.

L’information a visiblement bien circulé, puisque à l’heure de terminer le présent article, jeudi soir, plus de 4 200 personnes avaient déjà apporté leur appui à André-Joseph Léonard. Des Belges du nord, du centre et du sud mais également de nombreuses signatures de l’étranger et ce, de plusieurs continents (Amérique du nord et Amérique latine, Afrique et même Asie), ce qui laisse penser qu’il y a eu un intense échange de mails sur le sujet parmi les catholiques de la planète

S’il n’est pas certain que cette initiative rapprochera les chrétiens en Belgique, une autre décision papale devrait avoir des vertus plus apaisantes : l’on a en effet appris jeudi que l’évêque d’Anvers, Mgr Johan Bonny, avait été nommé membre du Conseil pontifical pour l’unité des chrétiens.

Une reconnaissance de son action pour l’œcuménisme - il en est aussi l’évêque référendaire en Belgique - d’autant plus appréciable que peu d’évêques belges siègent dans ces Conseils qui épaulent la Curie.

Le cardinal Danneels participa à certains d’entre eux au long de sa carrière épiscopale. Il n’y a, à notre connaissance, qu’un autre Belge à y siéger, en l’occurrence l’évêque de Tournai, Mgr Guy Harpigny, qui est membre du Conseil pontifical pour le dialogue inter-religieux !