Selon la ville de Charleroi, le conseil d'Etat a confirmé la légalité d'un règlement communal adopté en mars dernier, en qualifiant le port du voile de "source de division entre les différentes conceptions religieuses et philosophiques, y compris dans sa dimension sociale plus spécialement en ce qui concerne la place des femmes dans la société".

Dans son arrêt, la juridiction rappelle le principe de neutralité de l'Etat, sur base duquel on peut "attendre des agents des pouvoirs publics que, dans l'exercice de leurs fonctions, ils observent strictement, à l'égard des citoyens, les principes de neutralité et d'égalité des usagers", précise le conseil d'Etat.

Cet arrêt met un terme à une saga juridico-politique survenue au printemps dernier après que la ville de Charleroi eut interdit à cette femme voilée de donner cours dans les écoles du réseau de la ville.