"Il est clair que j'ai un problème d'image dans la partie francophone du pays. C'est dommage. Je crois pouvoir dire que j'ai commis un certain nombre d'erreurs mais je n'ai pas toujours pu m'exprimer de façon optimale dans certains medias francophones. Le ton ironique de mon interview dans Libération n'est pas bien passé. Mais, je veux prendre mes responsabilités.

Du coté francophone, y a toujours eu des réticences vis-a-vis des politique flamands. Mais j'ai l'esprit d'aller de l'avant pour une meilleure Belgique à la fois au sud et nord du pays. Je me sens bien malgré les longs mois de négociation. Je veux un bon avenir pour le pays. Tout le monde est conscient qu'il faut une stabilité et un nouvel équilibre au niveau des entités fédérées."

"Ce n'est pas bien de montrer du doigt l'un ou l'autre partenaire. La famille politique belge et européenne de même tendance signifie quelque chose. Il existe une famille scoiale chrétienne en Belgique. Je n'ai aucune rancoeur. Avec la NVA, si j'ai des doutes j'en parle en interne et nous réglons les différends. Ce sera de toute façon avec la NVA."