Rendre nos trésors au Congo?

Faut-il rendre au Congo les milliers d'objets que la Belgique a acquis durant la période coloniale, soit de force, soit par nos missionnaires qui voulaient abattre ces `idoles´, soit par des achats abusant de la naïveté des vendeurs? La question est très délicate. La Belgique avait fait oeuvre pionnière en rendant au président Mobutu, dans les années 70 des dizaines d'oeuvres maîtresses des collections de Tervuren, lorsque le président zaïrois voulait redonner à son peuple ses racines, dans la foulée des discours de Senghor. Mais ces objets se retrouvèrent très vite sur le marché de l'art, y compris en Belgique. Et les derniers trésors ont été volés au museé de Kinshasa lors de la chute de Mobutu. La situation misérable des musées congolais et l'instabilité politique n'incitent évidemment pas à recommencer l'opération, même si la question de l'accès du peuple congolais à sa propre culture reste posé.

Guido Gryseels, directeur du musée de Tervuren, reste prudent. Il a instauré dans son musée une commission d'éthique pour l'acquisition des pièces. Il insiste pour que ce problème de la restitution soit aussi posé au près des colectionneurs privés afin que ce ne soient pas uniquement les musées publics qui doivent céder leur patrimoine. Pour lui, la première priorité est de rendre accessibles les collections de Tervurenn aux chercheurs africains, y compris par la digitalisation des collections. Il multiplie aussi les accords avec les musées africains pour les aider à gérer sur place leurs musées et leur patrimoine afin de s'assurer que de vrais musées bien tenus, avec des législations suffisantes soient en place avant une éventuelle restitution, qui autrement ne bénéficierait qu'aux traficants.

Guido Gryssels comme Bernard De Grunne, grand collectionneur, insistant sur le rôle clé des collections belges dans la préservation d'un patrimoine menacé autrement par la situation économique et politique en Afrique. François Roelants suggère, lui, de commencer par un musée itinérant d'art africain qui ferait le tour de plusieurs pays d'Afrique à l'initiative de l'Unesco. (GDt)

© La Libre Belgique 2003