Un tipi géant pour Moscou

L'architecture est devenue sans nul doute le grand art de ce siècle. Tous les pays émergents, les grandes puissances anciennes ou en devenir veulent avoir leurs icônes comme Bilbao a eu son Guggenheim.

Un tipi géant pour Moscou
©Foster & Partners
Guy Duplat

L'architecture est devenue sans nul doute le grand art de ce siècle. Tous les pays émergents, les grandes puissances anciennes ou en devenir veulent avoir leurs icônes comme Bilbao a eu son Guggenheim. Ce sont chaque fois les mêmes architectes qui sont appelés : Zaha Hadid, Herzog & De Meuron, Norman, Foster, Rogers, Renzo Piano, Calatrava, Jean Nouvel, Tadao Ando, Sanaa, etc.

Moscou, en plein boom économique ne veut pas être en reste et a demandé à l'architecte anglais Norman Foster plusieurs projets ébouriffants. Il y construit déjà la "tour de Moscou" qui avec ses 600 m de hauteur, sera la plus haute construction en Europe. En forme de pyramide, elle sera formée de trois branches abritant respectivement des bureaux, des hôtels et des habitations et reliées par une colonne d'espaces verts. Une tour qui innovera aussi sur le plan énergétique avec un système qui utilisera tantôt la chaleur des bureaux, tantôt la fraîcheur du sol pour résister aux hivers et aux étés extrêmes de la capitale russe.

3 milliards d'euros

Mais voilà que Sir Norman Foster, 72 ans, un des plus importants bureaux d'architecte au monde, auteur entre autres, du "cornichon", le Swiss Re à Londres, du viaduc de Millau en France et du futur aéroport de Pékin, s'est embarqué dans un projet encore plus mégalomane. Les autorités urbanistiques de Moscou viennent de donner leur feu vert (mais le financement n'est pas encore bouclé) à un méga-projet destiné à redynamiser une partie de la ville. La "Crystal island" sera placée sur une île, l'île Nagatino sur le Moskova, à 7,5 km de la place rouge et sera entourée de jardins. Elle se présentera comme une immense tente inscrite dans le "sky line" moscovite, une sorte de tipi indien de 620 m de diamètre et de 500 m de hauteur. Il abritera 3000 chambres d'hôtel, 900 appartements, une école pour 500 élèves, 3 théâtres, un cinéma Imax, des bureaux, un musée, un centre sportif, deux étages panoramiques et un parking souterrain pour 14000 véhicules ! La plus vaste aire bâtie sous un même toit.

Cette vraie ville sera incluse dans la "peau intelligente" de la tente, faite d'acier et de verre, avec des terrasses tout au long qu'on parcourt selon un chemin spiralé. Cette "peau" change en fonction du climat, servant tantôt à protéger la "ville couverte" du froid piquant, tantôt à la mettre à l'abri du soleil excessif. A la mi-saison, elle peut laisser entrer, grâce à des panneaux internes dynamiques, plus ou moins loin, la lumière et le soleil.

Le projet a d'ores et déjà, suscité des critiques. Des projets comme celui-là de villes neuves créées de toutes pièces s'avèrent souvent inhumaines, malgré la diversité de fonctions voulue par Foster. L'architecte lui-même plaide pour son "tipi" en parlant de "paradigme d'urbanisme compact, durable, avec un mélange de fonctions et des stratégies énergétiques très innovantes". De plus, le terrain sur lequel il faut la construire serait pour l'instant, fortement pollué. Quant au prix, on parle de 3 milliards d'euros !

Cet "arbre de Noël", s'il voit bien le jour en 2014, a pour ambition de devenir "le symbole du Moscou du XXIe siècle". Le maire de Moscou voit dans ce projet "autre chose que les cubes et carrés proposés par les autres architectes". Un projet à l'image des nouveaux hyper-riches russes, dopés par les hausses du prix du pétrole et du gaz.