Art Brussels: le bonheur est dans la maison

A l’occasion d’"Art Brussels", la "Maison particulière" ouvrira ce jeudi sa septième exposition déjà. C’est un des nombreux événements collatéraux à la foire mais celui-ci continuera jusqu’au 30 juin. Allez-y.

Art Brussels: le bonheur est dans la maison
©Amaury De Soulages
Guy Duplat

A l’occasion d’"Art Brussels", la "Maison particulière" ouvrira ce jeudi sa septième exposition déjà. C’est un des nombreux événements collatéraux à la foire mais celui-ci continuera jusqu’au 30 juin. Allez-y. Ce lieu privé, au cœur du quartier branché d’Ixelles, à Bruxelles, a misé juste en choisissant d’exposer des pièces issues de collections privées. Et de le faire en soignant l’accrochage, dans une belle maison inondée de lumière, remplie de meubles design et de fleurs.

On dit, à raison, que la Belgique est une terre de collectionneurs. Nombre d’entre eux sont heureux de pouvoir ainsi présenter une partie de leur jardin secret. Myriam et Amaury de Solages ont beau être français, ils sont devenus des Bruxellois de cœur, aimant, disent-ils, "la simplicité et la profondeur des relations qu’on y noue". Cette fois, ils ont proposé à des collectionneurs le thème des "Voyages intérieurs". Et trois d’entre eux, plus le couple de Solages lui-même, ont joué le jeu. Au total, 108 œuvres déployées sur trois niveaux de la maison, avec, comme à chaque exposition dans ce lieu, un mélange entre des artistes bien connus et des découvertes plus aventureuses.

Chaque collectionneur est venu avec sa sensibilité et ses choix évoquant le voyage intérieur, "des fragments de vie intimes, des autoportraits de collectionneurs", disent les de Solages. L’accrochage prévoit même, dans les quatre salles donnant sur la rue, que chacun d’entre eux puisse exprimer son univers. Ainsi, au deuxième étage, le Français Antoine de Galbert, créateur de "La Maison rouge" à Paris, montre un univers à la marge, d’artistes "déclassés" avec les architectures délirantes d’ACM., un dessin d’Arnulf Rainer ou un autre de Robert Malaval. Quel contraste avec, juste à côté, l’univers méditatif et aérien de Myriam et Amaury de Solages qui mêle les nuages poétiques de l’Argentin Leandro Erlich, la beauté d’un visage de Sam Samore, un "baiser" datant de 1946 de Jean-Luc Mylayne et même un couple de Khajuraho du Xe siècle.

Au premier étage, on change encore totalement de monde, avec les abstractions de techniques diverses de Cédric et Cookie Liénart de Jeude (il dirige Sotheby’s Belgique) et, enfin, les sculptures-installations très directes, voire pop, collectionnées par la Hollandaise de Bruxelles, Galila (Barzilai Hollander). On voit ainsi que "l’intériorité" peut se décliner de bien des manières.

Les œuvres choisies dans les quatre collections sont d’autre part mélangées dans les autres salons de la maison, y compris la délicieuse chambre noire du deuxième, pleine de surprises dont des couteaux alignés qui pourraient servir dans la passion amoureuse. On est bien sûr plus séduit par l’une ou l’autre œuvre - ces univers se discutent - mais un mélange riche ne laisse pas indifférent quand on peut voir les sculptures arachnéennes de la Japonaise Chiharu Shiota près des peintures de Fabrice Samyn ou d’un film rigolo de Tony Oursler.

C’est une belle et mystérieuse artiste qui a été invitée pour faire le lien entre toutes ces œuvres : Cris Brodhal, née en 1963 à Gand où elle vit toujours. Ses peintures sont étranges et sensuelles, déconstruisant l’image et le corps de la femme, entre le voile et le dévoilement. Des compositions sombres, émotionnellement chargées, proches des techniques d’association libre des surréalistes et pleines de sous-entendus psychanalytiques. Des figures fragmentées, des couleurs "passées", des masques ébauchés. Un monde hors du temps qui a fasciné par exemple Raf Simons, le nouveau directeur de Dior qui est fan de son travail représenté par la galerie Hufkens. Cris Brodhal exprime, presque jusqu’à la caricature, l’idée de voyage intérieur.

Avec le printemps qui commence et le jardin de la maison qui va refleurir, ce lieu reste un havre de calme et de découvertes.

Maison particulière, "Voyages intérieurs", du 18 avril au 30 juin. 49, rue du Châtelain, 1050 Bruxelles, du mardi au dimanche de 11h à 18h. Infos : 02/6498178

Sur le même sujet