On discutait ferme sur la virginité de la Vierge

Importante exposition à Bozar du grand peintre Zurbaran, qui exprimait la souffrance et la sainteté avec une splendide retenue.

Guy Duplat
On discutait ferme sur la virginité de la Vierge
©M

Francesco de Zurbaran est né en 1598 en plein Estramadure, à Fuente de Cantos, à mi-chemin entre Madrid et Lisbonne. Il n’avait aucun avenir dans ce lieu désolé et partit vite à Séville où il apprit son métier de peintre auprès de Pedro de Villanueva. Il se marie à 19 ans. Ses épouses successives moururent jeunes. A 46 ans, il épousa encore une femme de 18 ans plus jeune que lui, dont il eut encore six enfants. A Séville, les commandes plurent. On peut voir à l’exposition à Bozar, son saint Grégoire peint à 28 ans, année où il peignit aussi un Christ en Croix avec un éclairage dramatique et un corps magnifique, qui fit sensation.

Les couvents et monastères lui passèrent commande de cycles. Avec des apparitions de la Vierge et des visions de saints en extase.

Zurbaran acquiert ainsi son style, sa "marque", avec une grande force expressive mais sans pathos, sans grands gestes. Tout est dans l’équilibre des couleurs, les ombres, l’atmosphère, les contrastes parfois violents avec des blancs quasi aveuglants.

En 1634, Zurbaran est appelé à la Cour et reçoit le titre de "Peintre du Roi" pour contribuer à la décoration du palais du Buen Retiro à Madrid, sur la suggestion sans doute de Vélasquez, son quasi contemporain. C’est alors qu’il peint un bel Hercule se battant avec un lion, une de ses rares peintures mythologiques.

Recevant peu de commandes de la Cour, il se tourne vers des peintures sur "la mystique du quotidien". Dans cette période de la Contre-Réforme, on multipliait les leçons de "bonnes rencontres spirituelles avec Dieu". Le Concile de Trente officialisa le rôle de la peinture pour répandre la "bonne parole". Zurbaran peignit et vendit alors nombre de tableaux avec des épisodes pleins de vie sur Jésus et la Vierge : Jésus enfant se pique en tressant une couronne d’épines, symbole prémonitoire de sa future Passion; la Vierge enfant qui médite sur la Bible.

L’époque était encore aux débats passionnés pour savoir si la Vierge était bien vierge à la conception de Jésus. Séville commanda alors à Zurbaran une grande peinture exprimant l’Immaculée Conception. Il créa le modèle d’une Vierge très jeune, pleine de tendresse, d’une candeur enfantine. Il exporta beaucoup au Nouveau Monde. En 1647, un couvent du Pérou lui commanda 38 peintures et il vendit à Buenos Aires 15 vierges martyres, 15 rois et 24 saints. Il finit ses jours à Madrid, entouré d’un vaste atelier et y mourut en 1664.




Zurbaran, au Palais des Beaux-Arts, jusqu’au 25 mai.