Une fresque de Borremans à Gand

On connaît la très belle halle communale, sorte de marché couvert et ouvert, en bois, verre et béton, au cœur de Gand, sur la place Emile Braun. Un bâtiment construit par les architectes Pol Robbrecht, Hilde Daem et Marie-José van Hee.

Guy Duplat
Michael Borremans artiste Gand
Michael Borremans artiste Gand ©Johanna de Tessieres

On connaît la très belle halle communale, sorte de marché couvert et ouvert, en bois, verre et béton, au cœur de Gand, sur la place Emile Braun. Un bâtiment construit par les architectes Pol Robbrecht, Hilde Daem et Marie-José van Hee. Une œuvre contemporaine au centre historique de la ville, qui suscita d’abord quelques critiques locales avant d’être acclamée partout. Les architectes y ont construit aussi une sorte de petit clocher de béton, partant du jardin qui jouxte la halle en contrebas, pour y placer, au sommet, une ancienne cloche de la ville de Gand.

Nous avons appris que Pol Robbrecht a demandé au peintre Michael Borremans de peindre, sur ce petit clocher, sa première fresque murale, sa première intervention permanente dans l’espace public : une fille, à mi-corps, qui semble se pencher pour regarder ce qui se déroule sur la place et le jardin. Avec le regard détourné de nous, comme dans tous les tableaux de Borremans.

Un petit atelier discret

L’artiste gantois, qui triomphe actuellement au Palais des Beaux-arts de Bruxelles avec sa magnifique rétrospective, a déjà préparé le fond de la fresque. Il s’y attellera dans les semaines à venir, très discrètement, sans publicité ni inauguration prévue. Il travaillera dans une sorte de petit atelier perché et caché. Pol Robbrecht avait déjà demandé à Luc Tuymans une intervention semblable dans le Concertgebouw de Bruges.