Faut-il croire ce que l’on voit ?

Une excellente Biennale de Liège interroge notre crédulité dans les images. Le dialogue des photographes français Philippe Chancel et Samuel Bianchini confirmait d’emblée ce que disait très bien Flaubert : "Il n’y a pas de Vrai, il n’y a que des manières de voir."

Jean-Marc Bodson
Faut-il croire ce que l’on voit ?
La conférence inaugurale de la 9e Biennale internationale de la photographie et des arts visuels de Liège (BIP) résumait parfaitement les enjeux abordés dans la douzaine de lieux du parcours de cette...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité