La grotte de la Vache noire

Entrons dans le secret de la Vache noire, l’une des parois ornées de Lascaux, à travers une présentation dynamique.

placeholder
Laurence Bertels

Entrons dans le secret de la Vache noire, l’une des parois ornées de Lascaux, à travers une présentation dynamique.

Considérée comme l’une des premières œuvres d’art, la grotte de Lascaux, peinte et gravée voici 20 000 ans, continue à fasciner l’humanité. Il s’agit en effet d’une des découvertes archéologiques les plus prestigieuses du XXe siècle et l’exposition qui en propose la reconstitution aux Musées royaux d’Art et d’Histoire rencontre déjà un franc succès.

Sujet en or pour les enfants, les écoles, les familles, la Chapelle Sixtine de la Préhistoire en dit long sur l’importance de l’art à une époque pourtant où les besoins primaires étaient très difficiles à satisfaire. Ne servant pas à décrire ou à raconter la chasse, puisqu’elles ne représentent pas de rennes mais d’autres animaux tels une vache noire et des chevaux (notre illustration) ou encore des “cerfs mâles âgés en été” comme en témoignent leurs ramifications, ces peintures rupestres avaient une dimension sacerdotale. Elles racontent aussi, en filigrane, que les chasseurs acceptaient de nourrir les artistes qui ne chassaient pas puisque la récolte des pigments leur prenait beaucoup de temps. Un signe, déjà, de l’importance de l’art pour l’homme. Les grottes ornées étaient-elles considérées comme des sanctuaires où l’on se rendait le dimanche matin ? La question peut se poser. L’exposition “Lascaux” offre plusieurs reproductions grandeur nature. Nous avons exploré “la grotte de la Vache noire” en compagnie de Serge Lemaître, coordinateur scientifique de l’exposition.Laurence Bertels

Mais aussi : De nombreux ateliers et activités sont proposés aux enfants par le service éducatif des musées. L’exposition, en elle-même, est très tactile et interactive. Elle permet de prendre la mesure de la vie à l’époque, de l’humidité des grottes, de la taille des animaux comme en témoigne le squelette de ce megaloceros, ancêtre du wapiti et de l’élan, aux bois de 3 mètres d’envergure.



Où et quand ? Au Musée du Cinquantenaire, jusqu’au 15 mars, du mardi au dimanche de 10 à 17h. Info@mrah.be ou 02.741.72.11.