Charleroi Danses, nouveaux espaces

Une Biennale éclectique, avec Mons 2015 pour partenaire.

Charleroi Danses, nouveaux espaces
©belga
Guy Duplat

La Biennale organisée par Charleroi Danses, entre le 30 septembre et le 17 octobre, se déroulera dans plusieurs lieux de Charleroi, mais aussi à Bruxelles (à la Raffinerie) et à Mons.

Au-delà des nombreux spectacles présentés, ce sera aussi l’occasion pour le public de découvrir les nouveaux espaces des Ecuries, signés Jean Nouvel en association avec le bureau belge MDW Architecture. La ville de Charleroi a offert ces nouveaux locaux à l’institution en profitant des grands travaux qu’elle effectuait en face de Charleroi Danses pour le nouvel hôtel de police (dit la "tour bleue") dessiné par Jean Nouvel.

Renouveau des Ecuries

Ces travaux (coût 4 millions d’euros) ont permis d’abattre l’escalier qui menait aux anciens bâtiments, et de remplacer le côté très précaire des lieux par trois étages neufs avec une grande salle d’accueil des spectateurs, un bar-terrasse sur le toit avec vue sur la ville, six logements pour des artistes en résidence et trois nouveaux studios de répétition pouvant servir aussi de petites salles de spectacle : le grand studio avec une scène égale à celle de la grande salle (qui, elle, est restée) et deux plus petits studios.

Mons 2015

Le programme de cette Biennale est marqué par Mons 2015 qui en est partenaire. Un des spectacles, celui d’Anton Lachky, sera joué au Manège de Mons. Hors Biennale, Mons est aussi le producteur principal de la suite attendue de "Kiss and Cry", l’énorme succès de Jaco Van Dormael et Michèle-Anne De Mey, qui sera créé à Mons le 8 décembre sous le titre de "Cold Blood", avant de venir aussi à Charleroi, par ailleurs important coproducteur du spectacle.

Aux Ecuries, Thierry De Mey présente une installation basée sur les "traces" de Trisha Brown. Il y aura encore un grand projet participatif avec 100 Carolos sur scène : "Atlas Charleroi" d’Ana Borralho et Joao Galante.

Cette année, la Biennale essaimera à Charleroi à l’Eden, au PBA et à l’Ancre.

On signalera encore deux versions du Sacre du printemps. Celle de Daniel Linehan et celle que Vincent Thirion, directeur de Charleroi Danses, juge "tout simplement magnifique", de Virgilio Sieni (le directeur de la Biennale de danse de Venise), qui clôturera la Biennale le 17 octobre.

La peinture pulse

On retrouve aussi avec plaisir la création d’Olga de Soto qu’on n’avait plus vue ces derniers temps. Et ne manquez pas le formidable spectacle, jouissif et fou, de Miet Warlop, "Mystery Magnet", déjà montré au Kunsten et aux Brigittines. Une pièce pour sept performeurs, trash et poétique, d’une folle et continuelle inventivité, ne ressemblant à rien de connu, totalement déjantée et follement belle. Un spectacle sur la peinture aussi qui pulse, se vomit, se jette comme du Pollock.

A l’affiche se trouvent également Thomas Hauert (un fidèle de la Biennale), Thierry Smits, Louise Vanneste, et on pourra suivre des soirées composites de chorégraphes italiens et marocains.

Biennale de Charleroi Danses, du 30 septembre au 17 octobre. Infos : 071.20.56.40 et www.charleroi-danses.be

Sur le même sujet