Les sculptures d’Isabelle Andriessen : dystopie et bactéries

Les sculptures d’Isabelle Andriessen rejettent leur condition statique et revendiquent leur propre évolution.

Les sculptures d’Isabelle Andriessen : dystopie et bactéries
Gribaumont Gwennaëlle
Les sculptures d’Isabelle Andriessen rejettent leur condition statique et revendiquent leur propre évolution.

Quelles que soient leurs disciplines, les artistes confient volontiers qu’une fois l’œuvre terminée, elle est naturellement amenée à vivre en toute indépendance de son créateur. C’est dans l’ordre des choses, un peu comme ces enfants qui mènent leur vie loin de leurs parents, lesquels ne se sentant pas dépossédés

...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité