L’art et la matière

Au royaume de la matière granuleuse et texturée, la toile - lacérée ou contrariée - se fait maltraiter de tous côtés.

Gribaumont Gwennaëlle
L’art et la matière
Fidèle à ses accrochages d’envergure muséale, la Galerie de la Béraudière présente un ensemble d’œuvres témoignant des tentatives explorées par les "artistes de la matière", au sortir de la Seconde guerre. Emmenés par Jean Dubuffet (1901-1985) et Jean Fautrier (1898-1964), un groupe de plasticiens européens développe une démarche radicale, en réaction aux valeurs culturelles établies. S’affranchissant des conventions, ils emploient toutes sortes de matériaux inhabituels (le sable, le gravier, le goudron, l’asphalte, etc.) et maltraitent le support en composant par grattages, incisions, empreintes… La puissance du geste, qui s’accompagne souvent d’une vraie violence, joue un rôle central. Et pour cause, ces artistes-là sont convaincus que le spectateur doit ressentir la tension, le souffle vital comme la mort. Deux notions indissociables. Artiste autodidacte,...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité