Au musée Mima "on veut être solidaire" dans la lutte contre le coronavirus

Le Mima a lancé une campagne de crowdfunding pour passer le cap du confinement. Le succès aidant, il l’étend pour aider à lutter contre le Covid-19.

Au musée Mima "on veut être solidaire" dans la lutte contre le coronavirus
©Mima

Une campagne de crowdfunding pour préserver l’activité d’un musée après le confinement, c’est bien. Si, en plus, elle permet d’aider aussi un hôpital dans la lutte contre la pandémie du Covid-19, c’est encore mieux.

C’est le sens de la campagne lancée par le Millennium Iconoclast Museum of Art (Mima) sur la plate-forme Kiss Kiss Bank Bank.

Ouvert en 2016 à Molenbeek-Saint-Jean, dévolu aux arts urbains et à la culture 2.0, le Mima a trouvé sa place dans le paysage culturel bruxellois. Mais, projet citoyen sous statut d’asbl, le Mima dépend pour moitié des ventes de billets et, aussi, pour 10% des subsides et 20% du sponsoring.

Autant dire que la période du confinement et la crise économique subséquente menacent son équilibre budgétaire.

"On a vite compris que le confinement durerait au-delà des deux semaines initialement prévue, nous explique Michel de Launoit, cofondateur du Mima. Même si on sort du confinement d’ici là, l’été sera difficile : le tourisme sera en baisse cette année. Comment passer la tempête ? Nous avons tout de suite pensé à une campagne de crowdfunding, basée sur le pré-achat de billets."

Les contributeurs ont le choix entre plusieurs formules de contribution, de 15 à 250 euros : une à cinq entrées pour une exposition de son choix, valable un an, augmentée de goodies (catalogue, sac ou t-shirt du musée) selon le montant de la participation.

Constatant que son objectif de 15 000 euros serait atteint près de treize jours avant l'échéance (il était de 96% à l'heure d'écrire ces lignes), l’équipe du Mima a décidé de fixer un nouvel objectif à 150% du montant demandé. "Nous avons décidé pour ce nouvel objectif que au-delà des 15 000€, pour chaque euro versé, le MIMA s’engage à reverser 50% du montant pour participer à l’achat d’un respirateur pour le CHU de Saint Pierre Bruxelles. On veut être solidaires" Une manière, pour le Mima, d’apporter son soutien à ceux qui luttent quotidiennement contre le virus.