Les gardiens monstrueux, féroces et délicieux de Stefan Rinck

Stefan Rinck compose un jardin de divinités empruntant autant aux civilisations anciennes qu’aux cartoons et à l’art moderne.

Hugard&Vanoverschelde. Courtesy : l'artiste et Sorry We’re Closed
Gribaumont Gwennaëlle
De grandes dents pointues et des pattes griffues, des yeux ronds comme deux petits ballons… Le bestiaire imaginaire de Stefan Rinck (Homburg/Allemagne, 1973) sort la pierre de sa léthargie. L’artiste, vivant à Berlin, appartient à cette poignée de "derniers mohicans". Comprenez : ces valeureux qui travaillent une technique propre à la tradition classique, que l’on croise - révolution technologique oblige - très rarement dans l’art contemporain : la sculpture de la pierre en taille directe. Exclusivement des roches naturelles : grès, granit, marbre, albâtre, calcaire… Autant de matières qui offrent une variété de nuances, mais aussi des qualités de transparence. Au-delà de...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet