À Charleroi, des images inattendues

À Charleroi, les lauréats du 18e Prix national Photographie Ouverte dont Maël G. Lagadec et sa série "Erreur superposées".

À Charleroi, des images inattendues

"18e Prix national Photographie Ouverte" Photographie Où Musée de la Photographie, 11, avenue Paul Pastur, 6032 Charleroi. www.museephoto.be Quand Jusqu’au 19 septembre, du mardi au dimanche, de 10h à 18h.

Pour sa 18e édition, le Prix national Photographie Ouverte organisé par Le Musée de la photographie de Charleroi a enregistré 403 dossiers de participation. C’est un record depuis sa création en 1979. On le doit certainement au fait que le concours est, comme son intitulé le promet, réellement ouvert à toute proposition, quelle que soit la thématique et quel que soit le statut de son auteur. De plus, le fait bien connu que la sélection se déroule de manière anonyme encourage beaucoup de monde à tenter sa chance.

Bien entendu, cela favorise une grande disparité qualitative avec beaucoup de participations naïves ou, à tout le moins, peu informées de la culture photographique. Et donc un gros travail de sélection. Mais cela permet des découvertes de créations tout à fait inattendues et qui passent à l’as dans d’autres concours.

C’est le cas cette année, avec la mise à l’honneur via le prix de la Sofam, de la série "1986, erreur superposées" (sic) du Français Maël G.Lagadec. Une série d’images inséparables du récit stupéfiant qui les accompagne. Il tient tout entier dans ces quelques lignes de l’auteur que nous reprenons in extenso.

Séparer

"Juillet 1986, j’ai deux ans. Sur les rives de la Dordogne en France, Thierry et Marie-Martine vivent leur dernier été ensemble. Pour des raisons qui resteront mystérieuses, l’amour est fini et Marie-Martine souhaite la garde exclusive de leur fils. Afin d’oublier cette histoire, Thierry partira refaire sa vie au loin, à Riyad en Arabie Saoudite. Juin 2017, Marie-Martine se laisse emporter par les eaux de la Dordogne. Après des années sans échange avec mon père biologique, il me semble important de lui annoncer cette triste nouvelle. Bien qu’ils n’étaient plus en contact depuis des décennies, Thierry est fort touché par mon appel. Un mois plus tard, je reçois une clé USB contenant plusieurs séries de photographies scannées de basse qualité. L’un des dossiers se nomme : 1986, erreur superposées. Espérant récupérer les négatifs originaux de cet acte manqué, objectif conscient, je pars à la rencontre de Thierry, nouvellement installé en Bourgogne après une carrière pour les douanes françaises. ‘Pourquoi tu veux les négatifs ? C’est vraiment dommage cette superposition, il y avait de bonnes photos à la base. Peut-être que tu peux les séparer sur Photoshop ?’, déclare-t-il avec innocence. Et cette simple remarque me révèle le fossé qui nous éloigne. Mon intention n’était pas de séparer quoi que ce soit, bien au contraire. De retour à Bruxelles, durant les heures méditatives à nettoyer les poussières accumulées sur les nouveaux scans en bonne qualité, je trouve enfin du sens à cette partie de moi en perpétuel exil."

Erreur

Et voilà comment des images qui semblaient promises à la poubelle, se retrouvent exposées jusqu’en septembre au Musée de la Photographie de Charleroi. Étonnant ? Pas tant que cela si on se souvient de l’excellent livre "Fautographie. Petite histoire de l’erreur photographique" de Clément Chéroux publié par Yellow Now en 2003. L’auteur y faisait le pari que "c’est dans ses ombres : ses ratés, ses accidents et ses lapsus, que la photographie se livre le plus et s’analyse le mieux"…

placeholder
© Arnold Grojean


Les lauréats du 18e Prix national Photographie Ouverte 

Prix national Photographie Ouverte et Prix RTBF : Arnold Grojean

Prix de la Ministre de la Culture : Paul d’Haese

Prix Sofam : Maël G. Lagadec

Prix photographique Roger Anthoine : Collectif Huma

Prix Nikon Belux : Sebastian Franco

Prix du Soir : Anne Marquet

Prix Fotografie Circuit Vlaanderen : Héloïse Berns

Prix Vedi : Pierre Vanneste