Le musée de l’Ermitage vend des versions numériques de ses œuvres

Le grand musée russe de l’Ermitage a annoncé mardi la mise en vente du très en vogue NFT, des objets numériques certifiés, conçus sur la base d’œuvres présentes dans son immense collection à Saint-Pétersbourg.

SAINT PETERSBURG, RUSSIA
©Reporters / BSIP
AFP

Cette vente publique, en partenariat avec la plateforme Binance NFT, a débuté ce mardi et durera jusqu’au 7 septembre prochain, a indiqué l’Ermitage.

Un NFT, pour non-fongible token ou jeton non fongible, est une œuvre numérique disposant d'un certificat d'authenticité en théorie inviolable. Ces dernières années, ils ont fait l'objet d'un engouement chez les collectionneurs, certains atteignant plusieurs millions de dollars lors de ventes aux enchères.

Il peut s’agir d’actifs entièrement numériques ou de versions "tokenisées" d’actifs réels.

L'Ermitage propose ainsi d'acheter sous forme de NFT la Madone Litta de Léonard de Vinci (1490), la Judith (1504) de Giorgione, le Lilas (1889) de Vincent Van Gogh, le Coin de jardin à Montgeron (1876) de Claude Monet ou encore la Composition VI (1913) de Vassili Kandinski.

Les versions "tokenisées" sont signées personnellement par le directeur de l’Ermitage, Mikhail Piotrovski, pour les rendre uniques, souligne le musée.

Le prix de chaque lot numérique démarre à 10 000 BUSD, une cryptomonnaie qui suit le cours du dollar américain. La plateforme Binance NFT rassemble artistes et collectionneurs pour créer et échanger les NFT les plus demandés.

Fondé en 1764, le musée de l’Ermitage est le plus grand musée du monde en termes d’objets exposés et le second après le Louvre en surface de galeries : plus de soixante mille pièces y sont exposées dans près de mille salles et près de trois millions d’objets sont conservés dans les réserves.