Thomas Mazzarella à la lisière de l’onirisme et du surréalisme

Thomas Mazzarella ouvre les portes d’un univers parallèle. Espaces intimes chargés d’une mélancolie contemplative.

Thomas Mazzarella à la lisière de l’onirisme et du surréalisme
© Rossicontemporary
Gribaumont Gwennaëlle
Le septième accrochage en solo de Thomas Mazzarella (Charleroi, 1983 - vit à Bruxelles) chez Rossicontemporary réunit un ensemble d'œuvres récentes lentement mûries, dans son atelier de Saint-Gilles, au cours de ces deux dernières années. Vingt toiles solidement structurées, jouant largement la carte des pastels, tirées d'une série intitulée "Sunrise, Sunset" (lever, coucher de soleil). Ce titre renvoie...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité