Entre terreur, folie et misère, les avatars sinistres de Jean Rustin nous placent face à nos propres angoisses

Entre terreur, folie et misère, les avatars sinistres de Jean Rustin nous placent face à nos propres angoisses
©Jean Rustin
Gribaumont Gwennaëlle
Galeriste hors norme, Jean Marchetti combine salon de coiffure et galerie d’art. C’est dans cet espace inclassable qu’il présente un large ensemble d’œuvres, sur papier et sur toile, de Jean Rustin (1928-2013). Reconnaissables entre mille, ses œuvres redessinent de manière singulière les contours de la représentation humaine. Son imaginaire est peuplé de visages androgynes, avatars...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité