Stijn Cole et les nuances du temps

Prétexte à matérialiser le temps, le paysage rencontre, avec Stijn Cole, des développements surprenants.

Gribaumont Gwennaëlle
Stijn Cole et les nuances du temps
©DR
Notre dernière rencontre avec le travail de Stijn Cole (Gand, 1978) date de 2020. Tendres souvenirs du côté de la Biennale d'art contemporain du Parc d'Enghien. L'artiste pluridisciplinaire y installait, dans le jardin des fleurs, une photographie dont les deux pans faisaient écho aux deux versants de la nature, totalement sauvage ou domptée par l'homme. Dans l'église Saint-Nicolas, il présentait des blocs de marbre rappelant conceptuellement le passé prestigieux des carrières de nos régions. En ce mois de janvier, nous le retrouvons - et le rencontrons - à Bruxelles. Pour sa première exposition personnelle...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet