Vente record d'un portrait iconique de Marilyn Monroe par Andy Warhol

Une "performeuse" avait tiré dessus. Le tableau d'Andy Warhol a été vendu 195 millions de dollars lundi soir.

Vente record d'un portrait iconique de Marilyn Monroe par Andy Warhol
©AFP

Même s'il n'a pas atteint le prix stratosphérique de 200 millions de dollars espéré par la maison de vente Christie's, le légendaire portrait de Marilyn Shot Sage Blue Marilyn a été vendu en 4 minutes aux enchères 195 millions de dollars (185 millions d'euros) ce lundi 9 mai, à New York, devenant l'œuvre d'art du XXe siècle la plus chère jamais vendue lors d'enchères publiques, battant les records précédents qui étaient de 179 millions de dollars pour Les femmes d'Alger de Picasso, vendu aux enchères en mai 2015, et 170 millions pour le Nu couché de Modigliani en novembre 2015.

Ce Warhol pulvérise aussi le prix le plus élevé jamais atteint par un artiste américain, record jusque là tenu par un tableau de Basquiat. Le record aux enchères pour un Warhol appartenait à Silver Car Crash (double disaster), une toile monumentale représentant un accident de voiture, vendue 105 millions de dollars en 2013.

Le record absolu pour une vente d'œuvre d'art aux enchères reste détenu par le Salvator Mundi de Léonard de Vinci, adjugé en novembre 2017 pour le prix inaccessible de 450,3 millions de dollars.

Cette vente a prouvé que les très gros acheteurs restent bien là et sont sortis de la crise sanitaire plus riches que jamais. Philip Hoffman, fondateur de The Fine Art Group à New York, estime que les deux semaines à venir de ventes d’art pourraient engranger 2 milliards de dollars !

Dorothy Podber

Toile carrée d'un mètre sur un mètre, ce Shot Sage Blue Marilyn, a été exécuté en 1964, deux ans après la mort tragique de la star. Il fait partie des oeuvres des meilleures années d'Andy Warhol. Peint à l'encre de sérigraphie et à l'acrylique, il montre la Marilyn peinte d'après une célèbre photo tirée du film Niagara (de 1953), et transformée par Warhol, avec ses cheveux blond presque jaune vif, ses lèvres très rouges, son teint rose, avec un sourire que Christie's rapprochait de celui d'une Mona Lisa du XXe siècle. Il avait décliné ce portrait en cinq versions, avec cinq couleurs de fond différentes. Celui qui était en vente a le fond turquoise.

Cette série tient son titre (Shot Marilyn) d'un incident qui fait partie de la légende Warhol et qui a contribué à rendre cette oeuvre si chère.

La Factory, l'atelier de Warhol à Manhattan était ouverte depuis peu et une « artiste » photographe Dorothy Podber, rendit visite à Warhol et lui demanda si elle pouvait faire un « shoot » avec les quatre portraits de Marilyn empilés contre un mur. En anglais « shoot » veut dire aussi bien prendre une photo que tirer à la carabine. Warhol crut qu'elle voulait simplement photographier mais elle enleva ses gants et révéla la présence d'un révolver avec lequel elle tira sur les portraits entre les yeux de Marilyn (certains la disent quasi co-autrice de ces portraits qu'elle a contribué à immortaliser !). A l'œil nu, aucune trace n'apparaît aujourd'hui de cet incident sur l'œuvre. Les impacts ont été soigneusement maquillés.

Ce portrait était une des rares oeuvres peintes de Warhol encore en mains propres et non dans un musée. Elle faisait partie de la collection mise en vente par la fondation zurichoise Thomas et Doris Ammann, du nom du marchand d'art et collectionneur suisse Thomas Ammann, un ami de Warhol décédé du sida en 1993, et de sa sœur Doris qui lui a succédé à la tête de la galerie zurichoise et qui est morte l'an dernier. Trente-cinq oeuvras de leur collection étaient en vente à New York, Tous les produits de la vente iront à leur fondation qui se consacre « à l'amélioration de la vie des enfants » via la santé et l'éducation, selon Christie's.

Sur le même sujet