Un autoportrait culte de Frida Kahlo exposé pour la première fois depuis un quart de siècle

Un autoportrait emblématique de l’artiste mexicaine Frida Kahlo - à ce jour le tableau latino-américain le plus cher de l’histoire - est exposé pour la première fois depuis un quart de siècle dans un musée de Buenos Aires.

Belga

Diego y yo (Diego et moi), réalisé par Frida Kahlo en 1949, avait été acquis en novembre pour 34,9 millions de dollars aux enchères à New York, pour la "Collection Eduardo F. Costantini", le chef d'entreprise et collectionneur argentin, fondateur du Musée d'art latino-américain (Malba) de Buenos Aires.

Le tableau sera, à partir de vendredi, la principale attraction de l'exposition "Tercer Ojo" (Troisième œil), où Eduardo Costantini présentera sa collection privée, avec également des œuvres du Cubain Wifredo Lam, des Mexicains Miguel Covarrubias et Rosa Rolanda, du Brésilien Vicente do Rego Monteiro. "Pour moi, Frida est une artiste unique. Elle a une vie dramatique qu'elle raconte sans honte, de manière spontanée et ouverte. Je crois que c'est précisément ce que les gens aiment chez elle", a dit mercredi Eduardo Costantini de cette icône du féminisme décédée en 1954 à 47 ans.

L'exposition du Malba, présentée mercredi à la presse, propose plus de 240 œuvres, dont bon nombre n'avaient pas été exposées en public depuis près d'une trentaine d'années. C'est le cas de Diego y yo, depuis 1998, a souligné Eduardo Costantini. En s'adjugeant pour 34,9 millions de dollars chez Sotheby's, Diego y yo était devenu de loin le tableau latino-américain le plus cher de l'histoire, surpassant le record de Diego Rivera, pour un tableau (Los Rivales, 1931) vendu 9,76 millions de dollars aux enchères en 2018.