"Quand on voit la masse d’Africains supprimés pour la richesse d’une poignée de blancs, il y a de quoi trouver cela honteux"

Les Journées du patrimoine se tiennent ce week-end à Bruxelles, poursuivant un thème ambitieux, la décolonisation de l’espace public. Éclairage avec Marian Lens, sociologue, et animatrice d’un parcours autour du génocide rwandais. Quand le patrimoine se fait mémoire.

"Quand on voit la masse d’Africains supprimés pour la richesse d’une poignée de blancs, il y a de quoi trouver cela honteux"
©THIERRY ROGE/BELGA
Marian Lens est sociologue. Elle s’est toujours intéressée aux positions des individus minorisés au cœur de la société. Depuis quelques années, elle propose pour Urban Brussels, organisme du tourisme culturel bruxellois, des parcours dans la ville qui montrent la présence des minorités LGBTQ+,...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité