Arts et Expos Le succès d’Art Brussels attise depuis un bon moment les convoitises. Des foires satellites sur le terrain en embuscade de la foire reine.

Aux côtés de la 35e édition d’Art Brussels, quatre foires satellites : Independent, Poppositions, Yia Art Fair, la Off, regroupées autour du Mont des Arts.

Que retenir de cette 35e édition ? Pour la deuxième fois, elle déroulera ses festivités sur le site de Tour&Taxis.

Cent quarante-cinq galeries de 28 pays s’y disputeront les trois sections de l’événement "From Discovery to Rediscovery". Point fort auquel la foire tient tant : son profil de foire découverte.

Les comités de sélection ont retenu 35 nouvelles galeries : en lice pour la section Prime, forte de 109 galeries bien étables et des artistes qui comptent sur la scène des arts actuels. Venue de Séoul, la Galerie Baton; les Pearl Lam Galleries présentes à Hong Kong, Shanghaï, Singapour; Proyectos Monclova, de Mexico; la Skopia Art contemporain de Genève.

Prime, Discovery, Rediscovery

Avec 26 galeries, la scène belge assure 18 % d’un panel qui regroupe aussi des galeries fidèles. Il en est ainsi de Bernier/Eliades, de Continua, Dependance, Xavier Hufkens, Lelong, Kow, Krinzinger, Massimo Minini, New Art Centre, Almine Rech, Tina Kim.

A l’autre bout du prisme, 30 galeries, réunies sous label Discovery, présentent des œuvres récentes (trois dernières années) d’artistes peu connus du grand public : Babak Golkar, Erika Hoek, Masimba Hwati, Stanislas Lahaut, Annaïk Lou Pitteloud, Jana Schröder, Monika Stricker, Emmanuel Van der Auwera.

Un troisième plateau réunit neuf galeries misant sur les avant-gardes avec des œuvres réalisées entre 1917 et 1987 par des artistes sous-estimés : Alfred Basbous, Jean Messagier, Ryuji Tanaka (présenté par Axel Vervoordt), Raoul Ubac et Reinhoud D’Haese (sous l’aile d’Antoine Laurentin), Léon Wuidar (remis en piste par Rodolphe Janssen.

Dix-huit solos

Dix-huit galeries sacrifient au beau défi du solo d’un artiste. Exemples : Hufkens avec David Altmejd; Omar Ba pour Templon; Benoît Maire sous l’égide de Meessen De Clercq; Laure Prouvost chez Nathalie Obadia…

Autres galeries émérites : Albert Baronian, Amrani, Art Bartschi, Marlborough, Mauroner, Maruani Mercier, Greta Meert, Mitterrand, Nosbaum Reding, Michel Rein, Denise René, RossiContemporary, Fifty One, Annie Gentils, Geukens De Vil, Nadja Vilenne, Hopstreet, Xippas…

Une expo phare, montée par Piper Marshall et Jens Hoffmann fait la part belle aux souvenirs et artefacts collectés par des artistes. Une initiative résumée par Jens Hoffmann : "… En introduisant des dissonances dans l’économie de l’art, la présentation propose un questionnement important : pourquoi, comment, quoi et quand collectionnons-nous ?"

(Photomontage de l'article : (à gauche) Omar Ba, Alep – Ground Zero, 2016, 200 x 200 cm, huile, crayon, encre de Chine, acrylique et gouache sur toile. (à droite) Reinhoud, Le joueur de football, vers 1960, 32 x 30 cm)


Infos pratiques : Art Brussels , Tour & Taxis, 86c, avenue du Port, 1000 Bruxelles. Du vendredi 21 au dimanche 23 avril, de 11 à 19h. Shuttle gratuit entre les gares du Nord et du Midi et Tour & Taxis.

Independent Brussels deuxième

© DR
(Une œuvre d’Emily Mae Smith (1979, NY) qui entrera en dialogue avec des œuvres d’Amanda Ross-Ho (1975, L.A.) dans le stand de la galerie Mary Mary (Glasgow) à Independent Brussels)

Fondée à New York en 2010, Independent se présente à Bruxelles pour la seconde fois comme un mixte entre l’expo et la foire dès lors que la sélection s’opère sur invitation, pas de candidature, que les projets spécifiques dont certains curatés sont privilégiés et que l’inédit à Bruxelles est l’un des critères de découverte. 30 galeries s’y présentent pour la première fois et 40 artistes n’ont jamais exposé chez nous. En plus, 20 % des participations sont des solos.

Un public belge

Laura Mitterrand, cofondatrice de la foire à New York explique le choix de Bruxelles en insistant sur "le modèle unique de la foire : nombre restreint de participants, sélection de galeries très rigoureuse et mélange des générations et influences. En 7 ans, ajoute-t-elle, nous avons étendu notre réseau à plus de 200 galeries, il nous a semblé naturel de pouvoir offrir une opportunité supplémentaire. Une grande partie de notre public, même à New York, est européen, et plus particulièrement belge, donc nous avions déjà un soutien local important".

En limitant le nombre de participants à 70, la foire devrait conserver le dynamisme de la première édition qui s’est ouverte "dans des conditions particulières, sous le choc des attentats. Nous voulions partager ce moment et surtout soutenir Bruxelles. La qualité était présente et les galeries avaient soigné leur présentation. Je pense, j’espère", poursuit notre interlocutrice, "que c’est cette année nous allons pouvoir véritablement apprécier l’étendue du succès d’Independent à Bruxelles".

Large éventail

Quant au profil des galeries de la foire, elle précise : "Il n’y a pas de profil précis. Nous envisageons la foire comme une exposition, donc nous choisissons les galeries les unes par rapport aux autres, c’est-à-dire que nous souhaitons donner au visiteur un éventail large de ce que nous pensons être les galeries phares dans leur domaine. Cela va de très jeunes galeries, comme Meyohas à New York, qui est un espace ouvert par l’artiste Sarah Meyohas, et qui présentera des artistes encore inconnus à Bruxelles, à Sprüth Magers, présente dans trois villes, et qui représente des artistes des 40 dernières années parmi les plus importants, en passant par Delmes Zander de Cologne, qui est la galerie de référence pour l’art ‘outsider’ou brut."

Independent Brussels. Du 20 au 23 avril. Vernissage sur invitation le 19 avril. Vanderborght Building, 50 rue de l’Ecuyer, 1000 Bruxelles. Entrée libre. www.independenthq.com