On est toujours exotique pour quelqu’un. En tout cas, le photographe indien Mahesh Shantaram venu en résidence d’artiste chez Contretype en 2017 a tellement été sidéré par le dépeuplement de Bruxelles en soirée qu’il a décidé d’en faire le fil rouge de la carte blanche qui lui était offerte. Un tel vide dans sa ville natale de Bengalore est inimaginable. Aussi, après avoir envisagé un moment de réaliser un travail sur ses compatriotes chez nous, a-t-il décidé de relater ce qui lui apparaissait comme une curiosité en photographiant notre capitale entre chien et loup.

Lumières

Dans une interview à Kevin Lemaire, il expliquait avoir trouvé "une immense satisfaction en marchant la nuit dans les rues et les quartiers de Bruxelles et en prenant des photos dans la solitude". Exposé en ce moment à la Cité Fontainas sous l’intitulé "Late colours", le résultat de ses déambulations dans pas mal de recoins de l’agglomération est remarquable dans la mesure où il en donne une vision tout à fait inédite.

Les couleurs de la ville au crépuscule
Les couleurs de la ville au crépuscule © Mahesh Shantaram

Choisis pour leurs lumières ou pour leur configuration étranges, les lieux montrés ne sont pas ceux que l’on met généralement en avant pour le tourisme. Tout au plus voit-on poindre très discrètement quelques monuments emblématiques, cependant toujours repris dans des cadrages où prédomine le fouillis bruxellois. Les couleurs sont celles du crépuscule, un savant mélange de dominantes jaunes et bleues avec ici parfois quelques touches de blanc obtenues par un éclairage ponctuel à la torche.

Virtuosité

Certes, on reste loin de la débauche de couleurs dans les travaux de l’artiste sur son propre pays ; toutefois, l’ensemble des images est traversé par sa virtuosité à les combiner. C’est d’ailleurs là sa marque de fabrique comme on a pu le voir dans l’excellent "Racism/Africans", son documentaire de 2016 à propos de l’ostracisme anti-noir généralisé en Inde. Comme on a pu le voir aussi dans "Matrimania", un florilège des meilleures images recueillies en marge des reportages de mariage pour lesquels il était très demandé chez lui. Une activité lucrative qu’il a progressivement transformée en observation de la "culture indienne du mariage" et qui nous vaut aujourd’hui un formidable ouvrage aux éditions Hatje Cantz.

À noter que depuis son déplacement à Bruxelles pour cette résidence, Mahesh Shantaram est représenté par l’Agence VU’.

Une vision inédite du Palais de Justice
Une vision inédite du Palais de Justice © Mahesh Shantaram

"Late colours" de Mahesh Shantaram Photographie Où Contretype, Cité Fontainas 4A, 1060 Bruxelles. www.contretype.org Quand Jusqu’au 2 janvier 2020, du mercredi au vendredi de 12 à 18h, samedi et dimanche de 13 à 18h.

© IPM