Arts & Expos

On dit qu’il y aurait en Chine cinq millions d’étudiants en arts plastiques et 500 000 artistes. Des chiffres vertigineux mais à l’échelle d’un pays de 1,4 milliard d’habitants. On avait découvert et admiré une première vague d’artistes chinois, encore formés sous la Chine maoïste, en 1999, quand Harald Szeemann les avait invités à la Biennale de Venise.

Quinze ans plus tard, c’est une éternité pour la Chine, tant les transformations du pays sont rapides. Que nous disent aujourd’hui les artistes actuels des mutations du pays ?

Curieusement, il n’y avait plus eu en France, depuis dix ans, d’exposition collective sur l’art contemporain chinois et guère plus en Belgique, excepté les expos de 2015, plus réduites, à Mons et à Bozar à Bruxelles.

La Fondation Vuitton à Paris, qui continue à attirer la foule (1,5 million de visiteurs en quinze mois), a laissé tous ses espaces aux artistes chinois. Une occasion de confronter des artistes de la première vague et des plus jeunes.

Gardes rouges

...

Découvrez le reportage de notre envoyé spécial à Paris dans notre "Sélection LaLibre.be" (à partir de 4,83 euros par mois).